Toujours des solutions

 

Nous devions partir pour 15 jours de vélo afin de rejoindre la ville de Nazca et ses signes mystérieux et gigantesques dans son désert… Mercredi matin nous avons donc chargés sacoches et affaires sur les vélos et avons quitté la capitale Lima par le Sud et le quartier coloré de Barranco. Une fois Lima passé souvent dans un flot de circulation assez dense voire bouchonné, nous avons parcouru différentes petites villes et nous devions rejoindre San Bartolo (Dédicace à ML de Charquemont…) pour la première étape.

 

Mais une fois arrivée sur la Panaméricaine, la route qui traverse du nord au sud (mais aussi dans l’autre sens) le continent américain, nous sommes tombés sur un hic… Il fallait continuer notre route d’abord sur une quatre, puis une deux voies au moins sur 200 kms. On ne se voyait pas pédaler 4 jours sur le bord d’une autoroute d’abord pour notre sécurité et ensuite pour l’aspect non-sympathique d'être dans un flux continue d'automobile . Et en même temps on s’apercevra par la suite qu’une vie surprenante et très active existe autour de cette route : petits commerces, maisons, enfants jouant au ballon au bord de la route…

 

Alors, on a trouvé une autre solution, car il y a toujours des solutions au Pérou. Nous nous sommes donc arrêtés dans une station service d’abord pour remplir nos bouteilles de carburant, pour faire fonctionner notre réchaud. (Non, non on tourne pas à la gasoline !) puis ensuite pour solliciter un transport routier de grande envergure :  un camion… Après une longue explication et une négociation avec un convoi exceptionnel, et surtout quelques heures d’attente ( seulement 5 heures), nous voilà embarqué dans un 40 tonnes pour 3 heures de voyages avec les vélos et remorques amarrer sur le chargement du camion, et les sacoches sur un autre camion. La confiance est là et on a bien raison ! 

 

Voici toda la familia dans la cabine d’un chauffeur peu parlant qui tout de suite négocie le prix… Ensuite, malheureusement peu d’échange, ce qui a permis à tout le monde de se reposer voir de dormir. Niveau paysage, on a loupé peu de choses, hormis les interminables élevages de poulet que nous retrouvons pour 2 euros avec des frites dans notre assiette le soir une fois arrivée à Pisco. Sur le trajet, quelques anecdotes, notamment à l’arrivée d’un pont où les camions sont assez libres et s’arrêtent en plein milieu de l'autoroute pour voir si le chargement du collègue passe bien sous les 4,5 mètres annoncés ! Circulation bloqué sur 2 voies, mais tout va bien on repart avec en prime le klaxon omniprésent pour la plus grande joie de Gaspard et Anatole !

 

Partis à 17h30, nous arrivons à 21H00, où nous descendons tout notre chargement avec les 2 chauffeurs et rentrons dans un petit hôtel juste en face, le bol ! La soirée se terminera dans un petit restaurant de quartier autour de ce fameux poulet frites copieux et dans une ambiance nocturne digne d’un film dont le scénario n'est plus qu'à écrire…

 

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Pat le mille pattes (samedi, 24 mai 2014 09:06)

    Vous avez trouvé un nouveau moyen de choper la caisse et d'avoir la frite! Les poulets sont ils bleus?
    Il faut garder le casque si le camion perd la caisse! Méfiez vous des camions qui transportent des trous, car j'en ai connu un qui qui transportait un trou, qui a perdu le trou, et qui a reculé. Du coup il est tombé dans le trou!

  • #2

    Vincent (samedi, 24 mai 2014 09:59)

    Hello les gags! allez voir ce site ça peut vous intéresser...http://solidream.net/
    Bizzz

  • #3

    Isabelle Buisine (mercredi, 28 mai 2014 21:01)

    Que d'aventures !!! C'est bien mieux que la télé !! ;-)

NOUS CONTACTER 

NEWSLETTER - INFOS

Saisir son adresse e-mail
pour recevoir la newsletter Par 4 chemins à vélo !
E-mail:
 

PARTAGER

Où SOMMES-NOUS ?

A DECOUVRIR

VISITEURS ET PAGES VUES

AU 19 MARS 2016

 

36 000  connexions, 

plus de 105 000 pages vues,