Le Pérou et ses 2 facettes

10 jours que nous profitons du Pérou, des sourires gracieux, des encouragements constants quand nous pédalons, des klaxons (parfois redondants) mais toujours dans un esprit de soutien et accompagnés de grands gestes où d’un pouce lever !

10 jours que nous profitons de rencontres, d’échanges riches, notamment lors d’accueil chez les habitants. Nous pensons d’abord à Berlyn, qui nous accueilli chez lui à ICA via le réseau warmshowers et qui est venu malgré une fatigue certaine, nous retrouvé après 6 jours de travail dense.Nous pensons également à ces familles à Occujaje (le e se prononce é) qui après nous avoir fournit de l’eau, nous a proposé une petite maison pour la nuit, mais comme la générosité est le point fort ce pays, la famille nous a aussi offert plusieurs fruits avec une grande fierté de nous faire visiter leur « potager » composé d’un bananier, manguier, oranger et autres arbres fruitiers inconnus en Europe et de la petite ferme qui permet à toute la famille de manger. Un chouette moment passé avec eux, qui a permit à Gaspard et Anatole de partager une longue après de jeux universelles : loup, vélo, et petites voitures pour le plus grand bonheur de Alejandro, Emerson et Davy sous le regard de la soeur Rosaria.

10 jours que nous profitons aussi de paysages nouveaux, parfois extraordinaires, parfois morose, triste, désertique, mais qui tranchent avec ces paysages Européens. La découverte d’un environnement nouveau, d’une faune nouvelle, d’une flore quasi absente, notamment sur les bords des routes est également agréable.

 

10 jours que nous vous partageons le bon côté du Pérou, mais ce pays c’est aussi une misère certaine pour une grande partie de la population qui travaille 7 jours sur 7, plus de 10 heures quotidiennement. Le Pérou, c’est aussi un environnement sale où les sacs plastiques et les déchets jonches les bords de routes, où les ordures ménagères ne sont que très peu collectés et par conséquent occupent malheureusement l’espace public : routes, entrée de ville, rues et parfois le long des habitations. Le Pérou c’est aussi une pauvreté dans l’habitat, où beaucoup de Péruviens logent dans des cabanes renforcées avec peu d’accommodations. Seuls les centres des plus grandes villes sont occupés par des appartements et maisons avec plusieurs pièces. La majorité des constructions n'est pas terminée et on imagine, par l’intermédiaire des fondations restantes, le travail et donc l’énergie et le coût qu’ils restent à engager pour terminer leur chez soi…

 

Même la guesthouse que nous occupont ce soir à Nazca n’est que partiellement terminée, les enfants ne sont d’ailleurs pas admis au premier étage car il n’y a pas de garde corps pour protéger d’une éventuelle chute…

On vous laisse découvrir par vous même les photos d’un Pérou plus authentique, plus réaliste mais qui reste un pays où il fait bon vivre et où la joie et la bonne humeur sont constantes !

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    flo (mercredi, 28 mai 2014 20:11)

    Super la famille, continuez à nous faire rever comme cela :) biz à vous 4 et profitez à fond

  • #2

    Sabine buisine (mercredi, 28 mai 2014 20:48)

    C'est là qu'on s'aperçoit qu'0n est privilégié en France....hélas ce sera comme ça dans bcp de pays....et tu ne parle pas des conditions. Médicales ...

  • #3

    deshayes corinne (mercredi, 28 mai 2014 21:44)

    merci de nous compter votre aventure .... très belle narration bravo !!
    gros bisous
    Coco

  • #4

    Pat le mille pattes (dimanche, 01 juin 2014 07:33)

    Le mieux c'est de toujours avoir un re Pérou ( repère où) dormir!

NOUS CONTACTER 

NEWSLETTER - INFOS

Saisir son adresse e-mail
pour recevoir la newsletter Par 4 chemins à vélo !
E-mail:
 

PARTAGER

Où SOMMES-NOUS ?

A DECOUVRIR

VISITEURS ET PAGES VUES

AU 19 MARS 2016

 

36 000  connexions, 

plus de 105 000 pages vues,