Le Pérou et ses hauteurs

Haute altitude
Haute altitude

Après notre première ascension à vélo avec l’aide du camion de Roberto, nous savions que gravir certaines hautes montagnes serait difficile dans la durée et nécessiterait de nombreuses heures de vélo, ce que nous ne voulons pas faire subir aux enfants.

 

Au départ de Puquio, nous décidons toutefois de commencer une nouvelle ascension à vélo pour trouver un bivouac sympa et profiter du plein air, du silence, ce que ne nous offrent pas vraiment les villes certes accueillantes mais toujours très bruyantes, animées toute la journée et même les nuits.

Ce dimanche nous partons donc rejoindre la pleine nature. La montée est douce et nous suivons une petite rivière. Nous sommes dimanche, et les familles péruviennes montent en mototaxi pour passer la journée au bord de la rivière, pour pique-niquer et effectuer leur lessive dans les eaux claires et froides de montagne. Nous progressons plus rapidement que notre première ascension, mais Servane n’est pas en grande forme et souhaite ne pas poursuivre pour aujourd’hui ; l’alimentation et l’altitude ont tendance à nous déranger.

 

Nous décidons donc de trouver un lieu de bivouac pour permettre aux enfants de profiter de leur après midi à jouer et pour nous reposer. Le paysage organisé en terrasse pour les cultures et le bétail, ne permet pas une bonne accessibilité, nous trouvons néanmoins un sympathique bivouac en contrebas de la route avec une vue imprenable. Nous descendons les vélos et sacoches, puis avec Gaspard je descends à pied chercher de l’eau à filtrer en bords de rivières. Nous remplissons nos 2 poches à eaux et une grande bouteille d’eau que nous filtrerons pour avoir des réserves d’eau potable pour les 2 jours à venir.

La nuit et la fraîcheur tombent très vite, la température passant de 30° à 8° en 1 heure. Le vent se lève. Nous nous habillons chaudement et profitons d’un temps en famille sous notre tente tipi. Nous prendrons le repas sous la tente à l’aide des lampes frontales. Le coucher s’effectuera de bonne heure et dans la bonne humeur !

 

La nuit n’a pas été trop froide. 8° au réveil et dès le soleil au dessus les montagnes, nous laissons tomber rapidement doudounes et pantalons pour nos shorts et tee-shirts. La journée démarre bien sauf qu’au premier coup de pédales mon dérailleur ne fonctionne pas correctement. Après une longue réparation qui reste sommaire, nous décidons de ne pas poursuivre à vélo car l’ascension est en fait très longue (plus de 35 kilomètres de col !) Une nouvelle fois, nous décidons de solliciter l’aide d’un camion (assez facile au Pérou !) pour monter à 4400 mètres d’altitude. Nous prenons notre pique-nique au bord d’un lac d’altitude dans un décor irréel ! C’est beau et nous en profitons malgré des difficulté s à respirer et des prémices de maux de tête…

 

Selon, le chauffeur, le prochain village est à environ 25 kms et le terrain est plat (ce qui ne s'averra pas vrai du tout...), nous reprenons nos vélos sur quelques kilomètres dans la pampa entre lacs et alpagas tout proches de la route. L’effort physique ajouté à l’altitude nous met en difficultés, Servane a des maux de têtes de plus en plus fort. J’ai également quelques maux mais qui sont encore supportables. Nous restons vigilants. Gaspard pose des questions, et nous avons des difficultés à lui répondre en même temps que de pédaler. Anatole dort dans sa remorque. Le vent et le froid se lèvent. Servane ne se sent pas bien.

Par précaution, nous décidons de perdre de l’altitude pour revenir rapidement à 3000 mètres et grimpons dans le camion de Mario jusqu’à Chalhuanca. Pendant que Servane tente de dormir sur la banquette arrière, avec Gaspard et Anatole, nous profitons d’un paysage somptueux et jouons à celui qui trouvera le plus d’alpagas…Pas difficile puisqu’ils occupent de grandes étendues herbeuses et sont visibles de loin par troupeaux entiers. Les enfants sont émerveillés par les montagnes, les alpagas, et les lacs. Nous traversons quelques villages perchés à plus de 4200 mètres d’altitude où les enfants jouent, les parents travaillent ou regardent passer le peu de circulation.

 

Après quelques kilomètres sur des très hauts plateaux, nous entamons une descente vertigineuse dans une vallée verte en suivant l’Apurimac, rivière qui se jette dans l’Amazone et où ânes, vaches, moutons, et habitants occupent les bords de route pour le plus grand bonheur des enfants qui ne voient pas le trajet passer. A 17h30, nous arrivons à Chalhuanca, où Servane se repose rapidement à l’hôtel pendant que les 3 garçons profitent d’un repas chaud au restaurant du coin.

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    sabine (mercredi, 04 juin 2014 08:41)

    Magnifiques photos de l'altiplano.....Bravo

  • #2

    Brigitte et Domi (mercredi, 04 juin 2014 10:22)

    Avec tous ses alpagas, il y en aurait assez pour faire un costume à ton papa. Gros bisous à vous 4

  • #3

    Deshayes' family (mercredi, 04 juin 2014 13:18)

    coucou,

    j'espère que Servane va mieux et a repris du poil de la bête !!
    Dites donc pas très prudent le chauffeur, il a vu qu'il y avait des bêbêtes sur la route ...

    bisous

  • #4

    Perrine (mercredi, 04 juin 2014 20:53)

    superbes photos, j'espère que Servane va mieux pour repartir de plus belle.
    Gros bisous

  • #5

    Isabelle Buisine (mercredi, 04 juin 2014 22:45)

    Bon courage pour la suite ! Et merci de nous faire partager ainsi toutes vos aventures & belles photos...

  • #6

    Marylaure (vendredi, 06 juin 2014 17:55)

    J'espère que Servane va mieux...l'altitude n'est pas toujours évidente à supporter et c'est encore pire lorsque l'on est déjà sujet à des migraines. Vous avez bien fait de redescendre.... En tout cas, les paysages sont magnifiques et c'est très agréables de suivre vos aventures!
    Bisous à vous 4

NOUS CONTACTER 

NEWSLETTER - INFOS

Saisir son adresse e-mail
pour recevoir la newsletter Par 4 chemins à vélo !
E-mail:
 

PARTAGER

Où SOMMES-NOUS ?

A DECOUVRIR

VISITEURS ET PAGES VUES

AU 19 MARS 2016

 

36 000  connexions, 

plus de 105 000 pages vues,