Chalhuanca - Abancay par la vallée de l'Apurimac

Lieu de bivouac de rêve !
Lieu de bivouac de rêve !

 

On voulait d’abord vous remercier pour tous vos messages et mails que nous avons reçus. C’est agréable d’avoir de vos nouvelles et de se sentir soutenu notamment dans certains moments difficiles… On va tenter de vous répondre tranquillement à chacun. On vous rassure aussi, tout le monde va bien. Nous sommes redescendus en altitude et les maux de tête sont passés pour tout le monde lors des 2 jours de repos pris à Chalhuanca, petit village paisible où marché, vie économique et école animent cette petite contrée agréable. Lors de ces 2 jours, repos, balades et école pour Gaspard ont animé nos journées toujours très ensoleillées.

 

Après être passés proches des nuages à plus de 4400 mètres d’altitude, et ces 2 jours de repos à Chalhuanca, nous sommes repartis pour 3 jours de vélos en suivant la rivière Apurimac en profitant d’un dénivelé négatif les 2 premiers jours. Nous partons donc chargés en ravitaillement pour 3 jours, car il y a environ 120 kms de vélo à effectuer pour rejoindre la ville d’Abancay, prochaine ville étape.

 

Le début de journée débute par une rencontre, un japonais parti de Buenos Aires et remontant l’Amérique Sud. L’échange est bref et se limite à une photo chacun sans trop d’explication de part et d’autres. Il reprend vite la route, non n’avons même pas le temps de remonter sur nos vélos, dommage… Le paysage est joli, nous suivons une vallée ressemblant parfois à un canyon, avec des couleurs de roches chaudes tournant du orange au rouge passant par le violet. Il fait chaud et les kilomètres défilent grâce à un faux plat descendant voire de belles descentes. Nous nous arrêtons le midi au bord de route, sur un chemin qui mène à un village perché en altitude. De nombreux habitants revenant de Chalhuanca attendent paisiblement à l’ombre en bord de rivière, le taxi qui effectue les aller/ retours jusqu’au village. On observera que le taxi optimise au maximum ses trajets puisque la voiture (un petit break) repartira avec 10 passagers auxquels il faut ajouter le conducteur ! (Un bon moment filmé que nous tenterons de vous partager assez rapidement…)

 

Notre route reprend rapidement après le déjeuner composé une nouvelle fois d’avocats et de pain. Nous stoppons notre route vers 15H30 après avoir cherchés un bivouac pendant une dizaine de kilomètres. Nous finirons pas trouver LE lieu de bivouac espéré, qui offre un bac à sable géant au enfant et un lieu tranquille pour les parents qui permettront de se poser, de faire un feu, de profiter d’une soirée conviviale et paisible…

Un bivouac moins rêveur...
Un bivouac moins rêveur...

Après une nuit tranquille, nous repartons en direction d’Abancay, et profitons encore d’une trentaine de kilomètres en quasi descente jusqu’au pied d’Abancay perché à 2600 mètres d’altitude. Après 23 kms, nous nous arrêtons symboliquement pour immortaliser les premiers 1000 kms de notre périple ! Notre pause méridionale se prolonge car les températures sont extrêmes, atteignants 47° en plein soleil à 13h00. Nous repartons en milieu d’après midi pour trouver un bivouac et entamons difficilement la remontée vers Abancay. Nous ne trouvons pas de lieu pour dormir. Après une première tentative auprès d’un habitant qui nous offrait le plancher du 1er étage de sa maison en construction et sans rembarde…, nous sollicitons un espace auprès d’un autre habitant qui propose un bout de terre entre son camion et son cochon. Nous acceptons, le bivouac est moins rêveur que la nuit dernière mais permettra de stopper notre ascension difficile physiquement et surtout moralement… La famille nous offrira même une assiette de poulet/pâte et une carafe entière de maté de coca ! 

 

Le lendemain matin, après un réveil matinal, nous partons dès 8H15 pour gravir les 8 kms d’ascension jusqu’ à Abancay construite sur différents niveaux. Après 2 kms, un motard voyageur australien fait demi-tour pour échanger avec nous et nous offre un biscuit au chocolat à chacun. (Il faillit oublier Anatole !) Il est impressionné par notre équipement et notre type de transport, (nous aussi parfois, on se dit que l’on est un peu timbré…) Nous continuerons à monter jusqu’à l’hôtel après être passés dans une rue où plus d’une cinquantaine de mécaniciens alignés les uns après les autres proposait leur service. Impressionnant ! D’ailleurs ici au Pérou, nous remarquons que les secteurs d’activités sont concentrés par quartiers ou avenues : les mécaniciens, les photocopieurs, les vétérinaires, les magasins de chaussures, les magasins d’informatiques, les magasins de bricolages…

Nous voilà, arrêter pour 2 nuits à Abancay pour se reposer et profiter d’une ville assez calme avant de rejoindre Cuzco par les transports en commun et découvrir les mystères Incas… Que du bonheur !

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    famille ours blanc (dimanche, 08 juin 2014 22:12)

    Courage dans vos difficultés. Quel bonheur de partager vos récits, vos photos. Merci
    Gros bisous à vous 4

  • #2

    Vincent l'ours blanc (dimanche, 08 juin 2014 22:46)

    Félicitations pour vos premiers 1000 kms. Içi nous avons très chaud aussi +de 30° aujourd'hui. Bon courage et merci de nous faire rêver.

  • #3

    Danielle/Jacques (lundi, 09 juin 2014 23:08)

    Beaucoup de courage avec cette chaleur. On ne se lasse pas de relire les récits et regarder les belles photos. Pensons beaucoup à vous et soyez prudents.
    Gros bisous à vous 4

  • #4

    Marylaure (vendredi, 13 juin 2014 20:37)

    Coucou! Happy 1000 kms! Les enfants ont fait un beau Land Art,...
    Au cambodge, c'est pareil, ils sont tous regroupés par métier, c'est pour s'entraider apparement...
    Bizzzz à vous 4

NOUS CONTACTER 

NEWSLETTER - INFOS

Saisir son adresse e-mail
pour recevoir la newsletter Par 4 chemins à vélo !
E-mail:
 

PARTAGER

Où SOMMES-NOUS ?

A DECOUVRIR

VISITEURS ET PAGES VUES

AU 19 MARS 2016

 

36 000  connexions, 

plus de 105 000 pages vues,