De Puno à Copacabana !

Non, nous n’avons pas pris la direction du Brésil pour aller se faire dorer sur la plage brésilienne. Après 3 jours de vélo et un passage de frontière problématique, nous sommes arrivés à Copacabana en Bolivie.

 

Les 3 jours de vélo ont été agréables, toujours sous un grand soleil et des températures fraîches le matin au réveil. Vendredi, nous avons vécu une journée forte en rencontres. Tout d’abord, lors de notre pause déjeuner, où nous  nous sommes arrêtés proche d’une école. Notre déjeuner s’est déroulé en compagnie d’une vingtaine d’enfants avec lesquels nous avons échangés. Puis après 45 kilomètres de vélo, dont 30 à longer le Lac, nous nous sommes arrêtés dans une petite bourgade. Alors que nous cherchions un lieu de bivouac pour planter notre tipi, Sandro et sa fille sortent de leur maison et nous interpellent pour nous prendre une photo. Nous acceptons et profitons de l’occasion pour lui demander si nous pouvons camper à côté de leur maison. Il nous répond : « Normal, normal» nous signifiant qu’il n’y a aucun problème. Il nous propose aussi d’utiliser ses sanitaires et sa cuisine pour préparer notre repas. Nous le remercions. Nous partons nous installer.

 

Une fois l’installation effectuée, Sandro et son fils Eric, 7 ans, viennent à notre rencontre pour échanger. Eric arrive les mains pleines de jouets : voitures, motos, animaux, et intègre rapidement les histoires imaginaires d’Anatole et Gaspard installés au soleil, sur le parterre, à jouer. Avec Sandro, nous commençons à échanger face au soleil. Il me demande nos professions respectives et nous informe qu’il travaille pour le ministère de l’Agriculture qui gère la culture de la Quinoa. Il nous explique qu’en été (notre hiver) tous les champs sont verts ! Ce qui ne manque pas de nous interpeller, nous qui roulons dans une pampa jaune et sèche depuis bientôt 15 jours. Sa femme travaille dans un service financier. Nous profitons de cette rencontre riche et différente des autres, car nous observons bien que Sandro et sa famille appartiennent à un niveau social plus élevé que nos autres rencontres.

 

L’échange est cordiale et nous parlons de notre voyage et notre matériel qui l’interpelle, ainsi que de sa vie familiale et ses choix éducatifs plus qu’honorables. En effet, avec sa femme, il se démène pour payer la scolarité à ses 2 enfants dans des écoles à Puno. Le soleil passe derrière la montagne, et la fraîcheur s’installe, nous lui expliquons que nous allons rentrer dans notre tente. Il nous propose de l’eau chaude pour effectuer notre toilette, ce que nous acceptons volontier. S’en suivent toilette, jeux, repas puis coucher assez tôt pour toute la famille.

 

Nous sommes sur un plateau, et le soleil matinal nous réchauffent dès 6H30. Il fait rapidement chaud dans la tente. Après notre petit déjeuner, nous commençons le rangement et Gaspard sont travail scolaire; Sandro et ses enfants nous observent et nous accompagnent jusqu’à notre départ. Avant de monter sur nos vélos, nous échangeons adresse mail et effectuons une photo collective  ! Un chouette un moment, merci à toi Sandro pour ce bel accueil.

 

Après une soixantaine de kilomètres et une côte terrible pour les jambes à la sortie de Juli (et du repas !), nous posons notre tente en bord du lac profitant d’une vue splendide sur la cordillère bolivienne enneigée ! Nous profitons d’un point d’eau destiné aux pêcheurs du lac qui sont actuellement en pause car il fait trop froid, ce que nous expliquera un pêcheur de passage prêt de notre bivouac. A 18h00, alors que nous sommes installés dans la tente à regarder l’atlas de poche, une mama nous lance « un buenos tardes » et nous invite à dormir dans une cabane de pêcheur car il fait très froid… Nous lui expliquons que nous avons l’équipement nécessaire. La population est d’ailleurs souvent inquiète pour nous à la tombée de la nuit… Nous vous rassurons, nous avons bien chaud malgré les températures matinales négatives !

 

Dimanche matin, nous engeagons donc notre dernière journée au Pérou. Nous commençons la journée par une belle bosse puis longeons le lac et arrivons avant midi à la frontière. Tout se passe normalement, jusqu’au moment au le douanier nous informe que nous avons dépassé le délai de présence au Pérou, à notre grande surprise (nous pensions que c’était 60 jours) nous devions prolonger de 30 jours au cours de notre séjour. Après de longues négociations car nous sommes dimanche et cela pose problème, nous nous acquittons de quelques dollars…. et recevons notre droit de sortie. Aucun reçu ni facture ne nous est adressé, ce qui me fait pester fortement… Grrr.

Bref nous sortons du Pérou, après plus de 1 heures de tracasseries administratives et dépensons nos derniers soles dans quelques chocolats et friandises.

 

Après notre pique nique, notre autorisation d’entrée en Bolivie est rapide et efficace avec un garde au poste frontière sympathique qui nous propose directement 60 jours de présence en Bolivie. Même si nous envisageons pas de rester 2 mois en Bolivie, nous apprécions le geste. Nous rejoignons ensuite Copacabana après 8 kilomètres en montagne russe, bien fatigués et heureux de trouver une auberge conviviale et peu couteuse (1,50 euros par personne) avec une cour bien ensoleillée et chaleureuse ! 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Pat le mille pattes (mardi, 01 juillet 2014 07:08)

    Bonjour les courageux!
    A Copacabana, vous pourriez leur apporter une bouteille de Puno des Charentes!
    Si le Brésil rencontre la France en finale, et perd, allez vous garder vos drapeaux? Sinon vous sortez celui de la Suisse, ça passera mieux.
    Bisous à vous 4!

  • #2

    adrien (mardi, 01 juillet 2014 21:46)

    Bonjour Anatole et Gaspard,
    Vous êtes venus dans mon école , à Gené.
    Je suis bientôt en vacances .
    Je vais partir à la montagne,à la grave dans les alpes et je vais aussi voyager grâce à vous, merci!
    Je vous trouve courageux!

  • #3

    Cyclofamily (mercredi, 02 juillet 2014 21:41)

    @ Adrien :

    Merci pour ton message Adrien. Nous te souhaitons de bonnes vacances dans les Alpes. C'est montagneux comme en Bolivie, mais un petit peu moins haut ! N'hésites pas à nous poser des questions si tu le souhaites.
    Bonnes vacances
    A bientôt,
    Guillaume, Servane, Gaspard, et Anatole.

  • #4

    Zwoofff (mardi, 09 septembre 2014 15:53)

    Comme nous somme à Puno, On s'intéresse un peu à cette partie que vous avez franchi. PAr chance à Lima on nous a tamponné nos visa avec 2 mois. A Copacabana vous parlez d'une auberge à 1,50€ par personne. Vous vous souvenez du nom??? Elle était bien située? Où?
    Merci par avance

NOUS CONTACTER 

NEWSLETTER - INFOS

Saisir son adresse e-mail
pour recevoir la newsletter Par 4 chemins à vélo !
E-mail:
 

PARTAGER

Où SOMMES-NOUS ?

A DECOUVRIR

VISITEURS ET PAGES VUES

AU 19 MARS 2016

 

36 000  connexions, 

plus de 105 000 pages vues,