Plein la vue, plein les jambes !

Bivouac au bord du SAJAMA !
Bivouac au bord du SAJAMA !

Après avoir rejoint Patacayama en transport en commun, vendredi dernier, non sans difficultés logistiques…, nous avons atteint la frontière chilienne, tout en restant en Bolivie, dans le village de Sajama, dans le premier parc national Bolivien créé en 1945 et au pied du point culminant du pays : le volcan Sajama dominant le parc du haut de ses 6542 mètres !

 

Vendredi à 10 heures, nous avons donc rejoint le terminal terrestre de La Paz pour tenter de charger nos vélos dans un bus et sortir de cette ville surtout pas à vélo. Tout se déroule parfaitement, on nous autorise même à charger les vélos avant le départ prévu à 12h00. Mais quand nous arrivons pour embarquer, des personnes s’amusaient à déplacer nos vélos et sacoches sans aucunes précautions. J’hausse la voix pour calmer tout le monde, mais le sympathique salarié de la compagnie me demande gentiment 180 Bolivianos pour garder les vélos. Tout rentre dans l’ordre, mais on partira un peu tendu de la Paz avec le porte monnaie allégé, tout en profitant quand même de ce décor unique qu’offre cette ville organisée en étage avec en toile de fond, le mont Potosi enneigé et culminant à 6088 mètres…

 

Arrivés à Patacayama, avec en toile de fond une vue sur le volcan Sajama, on est déchargé illico car le bus file vers Oruro, ville que nous ne visiterons pas. Nous remontons très vite sur nos vélos, effectuons un ravitaillement de fruits et surtout d’eau et sortons de la ville pour trouver un lieu de bivouac dans la pampa. Nous profitons d’un joli décor pour ce premier soir. Petit anecdote de voyage, lors de notre nuit, vers 23 heures, nous sommes réveillés par des « buenas noches » et des « policia ». Nous ouvrons la tente et 2 policiers armés et pistolets en main nous accueillent en demandant les passeports. J’explique que nous avons 2 enfants et que nous voyageons à vélo. Anatole se réveille, et un des policiers se rend compte, après avoir éclairé son visage, que nous sommes bien une cyclofamily ! Les passeports ne sont plus nécessaires, nous nous rendormons jusqu’au réveil bien frisquet…

 

La première journée de vélo est assez difficile jusqu’en fin de journée où une profitons enfin d’un dénivelé négatif et d’un changement décor assez spectaculaire; après plus de 30 kms de pampa montante, nous descendons à travers un décor digne du grand canyon avec une roche ocre et des gorges asséchées. Une nouvelle fois, notre bivouac est sympathique avec la vue sur le volcan Sajama et les 2 volcans jumeaux chiliens.

 

Le lendemain, on débute par plusieurs ascensions jusqu’à la pause de midi. Les jambes suivent mais le moral en prend un coup. Les enfants vont bien et profitent de temps jeux lors des pauses. En milieu d’après midi, au profit d’une route descendante, on rallie le hameau surréaliste de Curragas posé en plein pampa, qui nous permet d’effectuer un ravitaillement nécessaire en eau. On campe en retrait du hameau, et profitons encore d’un beau paysage. Le lendemain matin, nous partons les sacoches pleines, avec des réserves d’eau pour 2 jours.

 

Nous suivons un rio parfois encore gelé, dans la pampa avec de nombreux élevages de lamas et alpagas (à vous trouver les différences !). Les 15 premiers kilomètres sont aisés et agréables avant de tomber sur une grosse bosse difficile où nous seront obligés de pousser. De plus, en pleine montée nous sommes confrontés à une crevaison de la roue arrière du tandem dû au débris des pneus de camions qui éclatent régulièrement sur cette route reliant le Chili. La pause méridienne est courte et l’après-midi très difficile. Nous alternons petites descentes et nombreuses grandes montées. Les jambes suivent, la tête aussi mais difficilement. La beauté des paysages est là pour nous soutenir, nous savourons ces montagnes, ce volcan roi et autres éléments de paysages : lamas, pampas, rivières… Gaspard est aux anges de s’approcher aussi prêt du grand volcan. Nous bivouaquerons au pied du majestueux Sajama. La fatigue des 50 kms, le vent et les températures bien fraîches auront raison de nous : à 17 heures, toute la famille est déjà dans la tente, à 19H30 la Cyclofamily est au lit ! Au réveil, la face Est du Sajama toute ensoleillé surplombe notre bivouac.

 

Mardi, nous rallions la petite ville de Lagunas, avant Sajama, pour se ravitailler, notamment en eau. Peu de kilomètres, mais une ascension de 20 kilomètres difficile au programme, mais réalisée ! A 4250 mètres d’altitude, nous observons les premières vigognes (à vous trouver les différences, bis !) et apercevons la ville de Lagunas. Nous arrivons dans une ville fantôme, école sans écolier, rues vides, habitations abandonnées, commerces désertés. Seul un hôpital flambant neuf, un mini-hôtel sommaire et quelques bouis bouis avec comme seules denrées des biscuits et boissons gazeuses américaines… Nous décidons de rallier les 12 kilomètres pour arriver à Sajama à l’aide du 4x4 de Cejo, un habitant de Lagunas, propriétaire du petit hôtel. A la vue de l’état de la piste sableuse nous ne regrettons pas notre choix de transport… Nous arrivons à nouveau dans un village vide au pied du volcan, dans le parc national, et au bord de la frontière Chilienne pour 2 nuits très froides dans une alojamiento, chambre de 4 lits, non chauffée avec des températures avoisinant le zéro degré au réveil. (Il fait a peu près - 25° à l’extérieur ! ). 

 

Le mercredi, nous enfourchons nos vélos sans sacoches pour aller nous baigner dans une source d'eau chaude au pied du volcan. Seulement 6 kilomètres nous séparent de cette baignade... Nous metterons plus de 45 minutes à pédaler dans une piste sableuse et difficile. Nous sommes récompensés de nos efforts par ce réconfort chaleureux dans un décor splendide et lunaire toujours au pied du majesteux volcan Sajama ! Les jambes, la tête se reposent, les yeux s'emmerveillent, une nouvelle fois pour notre plus grand plaisir...

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Des Meignannais (jeudi, 24 juillet 2014 19:09)

    Nous suivons votre périple depuis le début et scrutons l'arrivée des nouveaux messages...
    Merci de nous faire partager votre aventure. Les photos sont magnifiques!
    Nous avons le sentiment de voyager avec vous.
    Bravo pour votre courage à tous les quatre.
    Patrick et Annie

NOUS CONTACTER 

NEWSLETTER - INFOS

Saisir son adresse e-mail
pour recevoir la newsletter Par 4 chemins à vélo !
E-mail:
 

PARTAGER

Où SOMMES-NOUS ?

A DECOUVRIR

VISITEURS ET PAGES VUES

AU 19 MARS 2016

 

36 000  connexions, 

plus de 105 000 pages vues,