La région des Lacs, épisode 2 !

En attendant le ferry...
En attendant le ferry...

Sous les nuages de Lican-Ray, nous prenons la route de Conaripe distant seulement de 21 kms. La route est agréable, nous longeons le Lac de Calafquen et non pas de Lican-Ray comme précédemment écris dans l’article de l’épisode 1. Après le déjeuner, nous reprenons la route. En fait il s’agit d’une piste sur laquelle nous souhaitons rallier les thermes de Conaripe. 18 kms de piste donc nous attendent donc pour profiter normalement d’un lieu de baignade chaud ! Le paysage composé de forêt et rivières nous rappellent que nous approchons bien de la Patagonie tant attendue. C’est beau, nous savourons même si la piste devient de plus en plus difficile. Nous mangeons de la poussière à chaque passage de 4x4 roulant vite et ne se préoccupant pas de notre présence…


Après quelques kilomètres, nous tombons sur une côte, nous obligeant à pousser les vélos sur quelques mètres puis finalement kilomètres. Epuisant ! Après une douzaine de kilomètres nous arrivons enfin au sommet avant de redescendre. Nous sommes en eau, il fait chaud, les nuages ayant progressivement disparu au fil de la journée. Nous pensons profiter d’une belle descente. Mais cette dernière est vertigineuse, et nous oblige à descendre de nos vélos dans les virages trop prononcés !


Nous arrivons enfin à l’entrée des thermes. Il s’agit d’un lieu privé géré par un hôtel haute gamme. Je pars à la chasse à l’information et revient auprès des enfants pour leur dire que ce n’est pas possible de se baigner. L’hôtel nous demande près de 50 euros pour profiter d’une piscine chaude ! Déception pour tout le monde... Après une discussion sympathique avec un chauffeur de bus attendant une ribambelle de retraités en train de faire trempette, nous découvrons qu’il y a des éco-thermes à 1km. Nous partons sur une nouvelle piste très caillouteuse pour rejoindre ce lieu naturel sympathique. Nous profiterons d’une baignade chaude et d’un camping sommaire au prix abordable bien qu’un peu élevé. Rapidement toute la famille se retrouve dans la piscine à plus de 30° pendant plus d’une heure ! Une fin de journée agréable qui se terminera après le temps scolaire de Gaspard et le repas chaud quotidien du soir !


Le lendemain, nous souhaitons rejoindre Neltume distant de quasi 40 kilomètres. Ce sont donc 40 kilomètres de pistes très vallonnées voire grimpantes que nous affrontons sous un agréable soleil. Nous débutons la journée par pousser les vélos régulièrement, puis après la pause déjeuner au milieu de nulle part, nous retrouvons une piste toujours aussi caillouteuse mais plus plane. En fin de journée, nous retrouvons la piste n° 203 pour rejoindre Neltume. Nous souffrons réellement pendant 6 kms à monter, parfois pousser, parfois stopper pour se reposer (!) afin de rejoindre cette petite bourgade perchée au milieu des sapins, et proche d’une rivière gorgée d’eau. Nous arrivons en fin de journée bien fatigués. Nous avons longé des lacs, observé des cascades, des forêts et quelques animaux. Une journée superbe même si la fin de journée a été très dure physiquement pour les parents ! Au passage, on tire notre chapeau « Aux Bisons dans les Andes », famille avec 2 enfants qui parcoure l’Amérique Sud en empruntant beaucoup de pistes. Après un ravitaillement pour 2 jours, nous allons poster notre bivouac au bord d’une rivière animée par des courants d’eau forts.


Nous voilà à Neltume, seulement à 6 kms de Puerto Fuy, où la piste chilienne se termine au bord du Lac. Nous arrivons rapidement le dimanche matin au bord de l’eau sous un grand soleil pour prendre un ferry et rejoindre de nouveau l’Argentine et sa régions des Lacs. Après le déjeuner nous embarquons à 13h pour 1h 30 de traversée, en direction de Puerto Pirihueico tout proche de la frontière que nous passerons le dimanche en fin d’après midi. Nous profitons de paysages grandioses avec notamment le volcan Choshuenco, culminant à 2415 mètres et dominant le village de Puerto-Fuy. Lors de la traversée, nous découvrons des décors somptueux, mêlant tous les éléments naturels. C’est magnifique. Gaspard et Anatole jouent même les capitaines en tenant la barre du bateau quelques instants ! 


Ensuite, nous sortirons rapidement du bateau, et après un ravitaillement en eau nous décidons de franchir les 2 postes frontières avant leur fermeture nocturne. Toujours de la piste, pas toujours facile à rouler mais réalisable ! En fin d’après midi, nous bivouaquons en pleine forêt, tout proche d’une énième rivière berçant notre sommeil facile à trouver…


Le lendemain, il nous reste seulement une trentaine de kilomètres toujours de pistes à réaliser. Nous nous attendons à un terrain plat, pour rejoindre San Martin de Los Andes en Argentine et la fameuse route 40. Erreur !  Toute la matinée pendant plus de 15 kms nous grimpons plus de 500 mètres de dénivelés positifs dans des bosses difficiles et raides. Je suis obligé de pousser mon vélo dans les virages trop incurvés et difficile à grimper. La remorque avec Anatole me fait reculer. Les journées précédentes nous ont permis de prendre le rythme, et cela nous aide, même si cette matinée restera comme l’une des plus difficile physiquement. Nous nous arrêtons pour notre pique-nique avant de reprendre la route et une dernière côte puis commencer une descente franche sur San Martin de Los Andes ! Nous découvrons une belle vue sur le lac que nous avons suivi depuis la frontière, le lac Lacar, comme le nom du département.


Nous voilà de retour en Argentine pour quelques jours. Nous profitons d’une journée de repos à San Martin pour nous reposer, pour utiliser le mot LAVER au présent, plus que nécessaire après ces jours d’aventure intenses, et réparer les vélos qui ont souffert sur les pistes. La veille, une suspension de la remorque d’Anatole a même cédé, il faudra maintenant attendre les pièces à Buenos Aires dans 2 mois. En attendant, nous avons effectuer une réparation qui tient, nous espérons ! Nous reprendrons la route pour quelques jours dans la Patagonie Argentine avant de basculer de nouveau au Chili pour poursuivre la découverte des Lacs du Sud Chili.


Cette partie de notre voyage, malgré la difficulté des routes et chemins parcourus, restera vraiment un bon souvenir. Nous avons parcours des chemins de traverses qui nous ont permis de découvrir des paysages somptueux et de montrer aux enfants des endroits reculés et fabuleux pour notre plus grand bonheur aussi. Nous sommes très satisfaits de ce choix d’itinéraire, non prévu à l’origine mais tellement beau, que nous souhaitons toujours garder cette liberté de voyager comme nous l’entendons ! A suivre...


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Pat le mille patte (samedi, 01 novembre 2014 07:18)

    Bravo, je me verrais bien faire du kayak à l'endroit de certaines photos magnifiques !
    Prenez soin de vos petits Loulous, je pense souvent à vous, ayant perdu notre petit fils de 3 ans le premier août après 15 jours de maladie SHU! Voilà pourquoi je ne mettais plus de commentaires pendant ces mois!
    Bisous à vous!

NOUS CONTACTER 

NEWSLETTER - INFOS

Saisir son adresse e-mail
pour recevoir la newsletter Par 4 chemins à vélo !
E-mail:
 

PARTAGER

Où SOMMES-NOUS ?

A DECOUVRIR

VISITEURS ET PAGES VUES

AU 19 MARS 2016

 

36 000  connexions, 

plus de 105 000 pages vues,