L'école nomade,

Une école nomade avec peu de confort...
Une école nomade avec peu de confort...

Suite à notre réflexion à Santiago, de poursuivre ou non notre voyage face aux difficultés rencontrées pour effectuer l’école à notre fils ainé Gaspard, nous voulions vous remercier pour les nombreux messages de soutien que nous avons reçus par mail, dans les commentaires du site ou encore via les réseaux sociaux. Ces soutiens nous ont permis de relever la tête et de relativiser quant aux programmes à suivre, aux difficultés qui existent aussi au quotidien pour les parents sédentaires en France.


Il nous semble toutefois essentiel et important de poursuivre une scolarité mais il est important de prendre en compte les difficultés de motivation compréhensibles que Gaspard rencontre…

Voici donc un récit des temps scolaires que nous effectuons avec Gaspard, entre bas et hauts selon les jours :


En amont du voyage, nous avions décidé d’aborder seulement, le socle commun c’est à dire : écriture, lecture et compréhension et mathématiques. Le reste du programme organisé autour de la découverte du monde étant largement abordé à travers nos aventures et autres découvertes naturelles, culturelles, historiques, scientifiques et géographiques… Au début de notre périple, nous souhaitions organiser des temps scolaires à hauteur de 1 à 2 heures par jour. Un peu de français, un peu de mathématiques et pourquoi pas l’écriture d’un carnet de voyage à travers des textes et des dessins.


Mais, on s’est vite rendu compte que toutes les conditions n’étaient pas réunies pour que Gaspard puisse étudier dans des environnements propices et motivants à de bons apprentissages. En effet, se retrouver seul sur la bâche du bivouac devant le tipi (en plein vent, ou au soleil) alors que son petit frère gratte la terre et joue avec des bâtons au chevalier, n’ a rien de motivant. On le conçoit largement. De même, après une journée de vélo, il est difficile de travailler comme un élève après une journée de classe fatigante.

Et en même temps, nous nous devons en tant que parents de poursuivre l’instruction de Gaspard. Alors pour effectuer ces temps scolaires, nous nous appuyons sur des fichiers individuels que beaucoup d’élèves possèdent en classe. Il nous semblait important de faire un certain lien avec des outils dit scolaires. Ces outils nous facilitent la mise en place des temps scolaires, mais en est-il de même pour Gaspard ?


C’est la question que nous nous sommes posées à Santiago. Ne faut-il pas plutôt adapter ces outils pour faciliter ces temps ? Ces fichiers sont en effet construits autour d’une dynamique collective de classe qui permet à des élèves de travailler parfois individuellement mais autour d’une avancée de groupe. Mais pour Gaspard qui est le seul à étudier, cette méthode est plus difficile. C’est compréhensible notamment quand la motivation n’est pas toujours présente après avoir vu des volcans, pris un bateau ou découvert une chute d’eau ! Alors, depuis maintenant un mois, pour entretenir une certaine motivation, nous utilisons toujours ces fichiers mais de manière moins rigide. On supprime des exercices, on en invente, on surprend par des jeux, par des exercices oraux et ludiques, on s’arrête plus sur les images et les dessins. Et cela, à tendance à mieux se dérouler pour le bien être de chacun. Le problème reste la motivation de Gaspard à écrire, à copier ou recopier. Il bloque, et demande même en amont s’il va copier des textes ou autres exercices nécessitant du « recopiage ». Une phobie de la copie s’est installée lors de ces temps scolaires. Nous sommes en train d’y remédier par l’écriture de carte postale, et de mail. Ecrire différemment pour prendre goût à l’écriture… vaste programme !


Depuis 1 mois, les temps scolaires se passent mieux pour Gaspard qui les subit moins. Pendant le déroulement, je suis à côté pour l’accompagner, lui expliquer, et même parfois pour faire ensemble. Il y a toujours une certaine résistance à se mettre au travail, mais une fois partie, ce temps se déroule bien. Les dix premiers minutes sont souvent capitales pour savoir si tout le monde est dans de bonne disposition et prêt à passer une heure ou plus à travailler ensemble.


Enfin, en terme de rythme, lors des journées de vélos nous avons décidés avec Gaspard de la mise en place d’un petit temps scolaires à l’issue de la journée et avant le diner. On banalise 30 à 40 minutes pour écrire, lire ou compter dans la tente. Et lorsque nous sommes dans des auberges ou des lieux propices au travail (quand il y a une table en fait) nous accentuons les temps d’études et d’apprentissages pour effectuer plusieurs pages de fichiers et des temps de lectures plus longs.


On souhaite vraiment que cette dynamique positive se poursuive même si enseigner et faire l’école à son propre fils n’est pas toujours une partie de rigolade, cela reste néanmoins un plaisir de faire l’école à l’autre bout du monde, d'ouvrir ses enfants à des réalités et d'utiliser des cas concrets pour faciliter les apprentissages. Les découvertes et visites sont prétextes à apprendre, et permette de poursuivre une instruction ludique, dynamique et vivante. Gaspard profite finalement d’une classe de découverte de 15 mois, qui normalement lui sera bénéfique. Nous lui souhaitons ! Quant à Anatole, il réclame des exercices par mimétisme à sa maman qui lui prépare des jeux avec des lettres, des formes, des dessins. Tout un programme... !


Cette facette de notre voyage restera au début comme un moment difficile pour nous, avec une remise en question quasi-permanente, quotidienne. A ce jour nous regrettons nullement notre choix de continuer notre aventure familiale pour poursuivre nos découvertes et permettre à nos enfants de s’instruire différemment, à travers une école nomade, certes pas toujours simple, mais ouverte sur les réalités du monde et autour de notre belle planète terre ! 


Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Nath et Jm (samedi, 18 octobre 2014 22:07)

    Bonjour la famille. Nous voulions vous écrire déjà la dernière fois, mais les connections étant ce qu'elles sont le temps à passé !!! Bref, c'était juste pour vous dire que nous aussi nous étions en train de passé un moment assez compliqué. La promiscuité sur si long temps est un peu compliqué à gérer parfois, surtout en Zoé et Yan, ce qui dégénère sur toute la famille, la fatigue aidant... Nous sommes content que vous ayez décidé de continuer, car nous sommes convaincu que malgré les difficultés, ce que vous faites est sans doute le plus beau cadeau que vous pouvez offrir à vos enfants et vous même d'ailleurs. Ce cadeau est sur du long terme et pas éphémère comme la plupart du temps. Pour l'instruction, nous aussi nous galérons parfois, pas simple de tout concilier. A chaque fois que nous avons essayer de "s'organiser" pour établir un rythme... il y a toujours eu une nouveauté pour venir nous dire que le lâcher prise faisait aussi parti de ce que nous devons apprendre, nous les parents, que le voyage est déjà en lui même une sacré école, et qu'il faut faire confiance à nos enfants, à la vie, à ne pas écouter nos peurs... Tout un programme pas simple à suivre tout les jours, je suis bien d'accord ! Bon courage, et continuez, c'est génial et vous avez beaucoup de mérite (je sais de quoi je parle, lol!!!). Je suis sure que Gaspard en ressortira grandi et sans soucis scolaire bien au contraire. On vous embrasse de Nairobi en attendant nos visas pour l'Inde.

  • #2

    La Fameuhly (samedi, 18 octobre 2014 22:52)

    Bonjour,
    Nous pensions comme vous faire " la classe " aux garçons 1 h par jour, mais quand? Nous n'avons pas trouvé le bon moment, et c'est pendant nos jours de pause pédalage que les gars faisaient leurs leçons, math et français sur les cahiers livres. Rien n'a été simple, personne n'était très motivé..... On a fait des révisions à l'oral en roulant. Ils ont fait leur rentrée en septembre après une année sur les routes et se sont très bien réaclimatés, leurs résultats sont très bons. On avait peur du retour, mais leurs apprentissages ont été bien plus riches qu'une année d'école ! Courage, votre voyage est un merveilleux cadeau.

  • #3

    patrice (dimanche, 19 octobre 2014 09:16)

    Ne vous inquitez pas gaspard va apprendre plus que n importe quel enfants et dans 10 ans vous verez la difference courage a vous et ne lachez rien ton cousin bizzzzzzz

  • #4

    Karine (dimanche, 19 octobre 2014 10:00)

    Moi, je suis ébahie par votre courage et votre enthousiasme à chercher toujours une solution pour aborder les choses de façon positive... C'est super et de cette façon Gaspard apprend énormément. Il va s'enrichir avec tout son vécu au fil de son voyage et l'écriture viendra progressivement... Et ne vous inquiétez pas, car chez nous aussi, ce n'est pas toujours simple...La motivation n'est pas toujours là... Il faut que les enfants gardent du plaisir à participer aux activités d'apprentissage, c'est le principal !!!
    Bon courage....Continuez sur votre lancée, c'est génial !!!
    On vous embrasse...

  • #5

    Rémi des Écorces (mercredi, 22 octobre 2014 16:14)

    Salut Gaspard,
    Pour moi c'est les vacances d'automne qui commencent, et les devoirs, toujours et encore...Pendant que je travaille, maman est à l'ordi est visite votre site, les photos...Quelle chance tu as de pouvoir faire tes devoirs sur un mur, au soleil, au pied d'un volcan. Je t'envie. Moi non plus je n'aime pas écrire, je préfère faire du vélo ou courir. Profite de tout ce que tu vois, il me tarde que tu me racontes à ton retour.
    Embrasse toute la famille.

NOUS CONTACTER 

NEWSLETTER - INFOS

Saisir son adresse e-mail
pour recevoir la newsletter Par 4 chemins à vélo !
E-mail:
 

PARTAGER

Où SOMMES-NOUS ?

A DECOUVRIR

VISITEURS ET PAGES VUES

AU 19 MARS 2016

 

36 000  connexions, 

plus de 105 000 pages vues,