A la découverte des fjords patagoniens !

Le Cotopaxi, bateau abandonné et aujourd'hui repère des marins
Le Cotopaxi, bateau abandonné et aujourd'hui repère des marins

Puerto Varas et Puerto Montt auront été les deux dernières villes, où nous auront fait escales avant notre embarquement sur le ferry Eden, pour rejoindre Puerto Natales et la patagonie Sud. Ces villes nous ont permis de nous reposer tranquillement dans 2 auberges calmes et paisibles. Après quasi 6 mois sur les hauteurs et dans les montagnes, nous voilà revenu au niveau de la mer, au bord du Pacifique comme le 17 mai dernier, lorsque nous étions dans la capitale péruvienne à Lima !

 

Quant à la découverte de ces deux villes, elles se sont limitées à des balades succinctes. Puerto Varas se limitant à une ville touristique et balnéaire au bord du lac Llanquihue, peu intéressante. Nous n’avons découvert que le centre ville. Le mauvais temps et la pluie quotidienne ne nous ont pas permis de voir le volcan Orsono normalement visible. Heureusement, nous avions eu la chance d’en profiter et de l’admirer lors de notre passage à Ensenada, à l'autre extrémité du lac distant de 50 kms, à l’est de Puerto Varas. Après plusieurs jours de farniente et un passage par la case clinique pour Anatole, dû à une belle brulure sur les doigts, bien guérie depuis, nous avons repris la route le lundi sous un ciel chargé mais sans pluie. Les 25 kms bien vallonée mais sans vraie intérêt ont été réalisé dans la matinée. Nos premières recherches d’auberge n’aboutissant pas, nous filons vers le marché artisanal pique-niquer au bord de l’eau en face d’une île. Intrigué, une personne du marché, vient spontanément nous parler et offre deux crayons sculptés aux enfants. Une rencontre courte mais encore forte sympathique. Nous reprenons nos recherches d’hébergement après avoir réservés nos billets pour le bateau, prévu vendredi dans l’après-midi. Direction, les hauteurs de Puerto Mont, ville organisée en plateau avec des côtes bien raide et difficile mais qui reste moins difficile que celle de la Paz ! Nous trouvons finalement une belle maison avec une grande chambre et une cuisine. Tout ce qu’il faut pour notre 4 dernières nuits prévues sur les terres chiliennes de la région des Lacs. 

 

Nous découvrons cette ville à travers une balade au bord du mer, le Pacifique et aussi par une balade en vélo allégée sans nos sacoches (c’est agréable !) vers le port d’embarquement distant de 13 kms du centre. A notre retour, nous passons visiter le marché aux poissons couvert et organisé dans de petites maisons rouges ressemblant à celles des maisons des Iles Lofoten en Norvège. D’ailleurs, les bords de mer extérieurs à la ville, et les différentes cabanes de pêcheurs, ont quelques aires de ressemblance avec les bords de mers norvégiens…

 

Le vendredi matin, après notre enregistrement dans les bureaux de la compagnie, nous apprenons que le bateau partira à 20h au lieu de 16h00 ! Nous décidons tout de même de rallier le lieu d’embarquement pour tenter d’embarquer dans l’après midi. Après notre déjeuner face au bateau Eden et avec l’aide d’un personnel bien sympathique de la compagnie, nous embarquons et profitons de notre chambre dès le début de l’après midi. Nous sommes seuls sur le bateau avec une équipe de tournage réalisant un documentaire, et attendons les autres passagers jusqu’à 18 heures. Les garçons regardent le chargement de dizaine de camions pendant que nous profitons d’un après midi ensoleillé et farniente. Ce bateau est, en effet, avant tout, un ferry qui transporte camions et autres marchandises, coquillages et même une pelleteuse dixit Gaspard. L’équipe de tournage profite de notre présence pour réaliser quelques images aériennes de nous 4, sur le pont !

 

Ensuite, nous profitons de notre premier repas en compagnie de Ben, Magalie, Elsa et Léo, tourdumondiste, français, et voyageurs à pied. La première soirée se terminera tranquillement dans la salle de convivialité. Nous ne profiterons même pas du départ du ferry, puisque finalement, nous apprendrons au petit-déjeuner le lendemain, que le bateau aura levé l’ancre à 23h30… Nous nous réveillons donc dans le Golfe d’Ancud au sud de l’Ile de Chiloe que nous avions hésité à parcourir à vélo les jours derniers. La première journée est agréable, nous alternons sortie sur le pont pour découvrir les paysages malheureusement brumeux et nuageux mais savourons ce mode de transport différent à travers les premiers fjords. Notre première journée nous aura permis de voir quelques otaries effectuants des glissades depuis un rocher. On attendra pour les éventuelles baleines. La  deuxième journée commence tout autrement, nous sommes en plein Pacifique dans le Golfe de Penas. Les vagues et le roulis sont bien présents ! Notre fin de nuit est perturbée à partir de 5h00, nous roulons dans nos lits. Au réveil Gaspard et moi-même ne sommes pas au mieux. Ma première bouchée de pain reviendra très rapidement pendant Gaspard restera allongé. Anatole et Servane, pour eux tout roule… A 9h30, nous quittons (enfin) le golfe pour entrer dans le canal de Messier et profiter des fjords calmes et autres cascades agrémentants un paysage encore très nuageux et venteux. En milieu d’après-midi, le bateau met l’ancre dans une petite baie au bord du village Puerto Eden. Un village de 120 habitants, situé sur une île, sans aucun accès routier et loin de tout ! Nous sommes très surpris de sa situation géographique et assistons stupéfait à l’embarquement de locaux et aux chargements de marchandises depuis ce village. Trois touristes quittent toutefois le bateau pour débuter une expédition de 30 jours en kayak à travers les fjords ! D’autres aventuriers, bien plus extrêmes que nous. La situation de ce village au milieu de nulle part est improbable et restera le village le plus coupé du monde découvert depuis le début de notre aventure !Le bateau reprend sa route ensuite à travers les fjords. En fin de soirée, nous passons dans un fjord grandiose entouré de haute montagne, culminant à plus de 1000 mètres du niveau de la mer avec des parois vertigineuses. Malheureusement nous n’apercevons que rapidement, à travers les nuages, les sommets enneigés si proche et si loin à la fois du niveau de la mer. 

 

Notre dernière soirée a bord est calme et s’organise autour d’échanges de bons plans entre voyageurs. Nous avons également le privilège d’aller visiter la poste de navigation et rencontrer le capitaine, pour échanger et discuter pour le plus grand bonheur de Gaspard et Anatole, et des parents aussi. Le lundi matin, le réveil est plus agréable que la veille et nous profitons d’un bon petit déjeuner comme l'ensemble des repas d'ailleurs. Il nous reste une petite journée de bateau. Le vent souffle fort sur le pont. Nous sortons furtivement pour apprécier les premiers glaciers observables mais toujours cachés dans des nuages bas. Enfin, après notre déjeuner, nous savourons le pilotage du capitaine dans le passage le plus étroit de cette traversée. Le bateau passe en effet, dans un passage de 80 mètres entre deux bouts de terre. Le ferry et ses 35 mètres de largeur font du zigzag dans les fjords avec une facilité déconcertante ! A 16h00, nous apercevons les premières maisons colorées de Puerto Natales et la grande montagne qui la domine. Après une heure de main d’oeuvre difficile face au vent, le bateau accoste au port. Nous sortons difficilement les vélos et sacoches en zigzaguant à notre tour à travers les camions, pelleteuse, et autre cargaisons dans les cales du ferry. Il est 17H30, nous quittons le port sous les caméras de l’équipe de tournage pour rejoindre le camping sous une certaine fraicheur…

 

 

La traversée des Fjords restera pour nous, un moment différent de notre voyage malgré le mauvais temps et le vent qui n’ont pas permis d’apprécier les paysages annoncées. Pendant ce voyage nautique, on a découvert un nouvel environnement méconnu, une vie nomade autre, et avons pu échanger avec de nombreux passagers pendant les nombreux temps de discussions qui existent à bord. La vie a bord est elle, très agréable, agrémentée de petite conférence sur l’environnement et sur le Parc national Torres del Paine,non loin de notre lieu d’arrivée. Nous voilà maintenant au point extrême de notre voyage, sous le 50ème parallèle pour aller découvrir les glaciers et autres paysages si désertiques, si extrêmes et frappés constamment par de fortes rafales de vents.

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    les lédoniens (vendredi, 31 octobre 2014 00:12)

    Sacrée barbe!

  • #2

    par4cheminsavelo (vendredi, 31 octobre 2014 01:19)

    C'est pour affronter le froid !

  • #3

    Avignon (vendredi, 31 octobre 2014 08:24)

    Coucou de Charquemont où nous avons pu profiter d'une belle météo depuis qq semaines! L'été indien.
    Je suis curieuse à chaque fois de découvrir vos récits. Pour l'écriture de Gaspard notre Lena, qui elle poursuit son rythme de petite écoliere, Elle N'est Pas Fan Du Tout! !! Et cela lui demande des efforts à chaque fois. Elle est plus à l'aise avec l'oral! Donc petit nomade ou petit sédentaire ...Le cadre de travail change mais certaines difficultés sont communes. Et la richesse de votre aventure est précieuse! On vous embrasse à très vite. Claire Fab and Cie.

  • #4

    julie et mika (samedi, 01 novembre 2014 05:32)

    Vous voici déjà en Patagonie!! Superbes photos, on suit votre blog malgré les aléas des connexions internet! C'est mieux au Pérou qu'en Bolivie :-)
    6 mois de voyage et déjà un sacré parcours de fait...Bravo à toute la cyclo family!

  • #5

    Danielle/Jacques (lundi, 03 novembre 2014 00:31)

    Coucou enfin de Briollay!! Nous pensons beaucoup à vous et venons de lire votre blog et regarder vos belles photos. Nous sommes heureux pour vous et Gaspard d'avoir repris goût à l'école et de continuer votre voyage,( malgré toutes les difficultés rencontrées), mais tellement enrichissant. C'est vraiment super comme vous êtes accueillis dans ces pays que vous traversez !! Les vacances de Toussaint sont terminées et les pts enfants sont repartis pour la rentrée. Tout va bien pour nous. A très bientôt. Plein de gros bisous à vous 4 et prenez soin de vous.. La Patagonie incroyable d'être rendus si loin !!!.

  • #6

    avinion léna (dimanche, 30 novembre 2014 15:07)

    Bonjour Gaspard c'est Léna nous avons pas ancore de neige pour skier. nous écriron un plus long maisaga.

NOUS CONTACTER 

NEWSLETTER - INFOS

Saisir son adresse e-mail
pour recevoir la newsletter Par 4 chemins à vélo !
E-mail:
 

PARTAGER

Où SOMMES-NOUS ?

A DECOUVRIR

VISITEURS ET PAGES VUES

AU 19 MARS 2016

 

36 000  connexions, 

plus de 105 000 pages vues,