Coup de chaud et coup d'arrêt pour la Cyclofamily

Une piste sans circulation...
Une piste sans circulation...

Puerto Iguazu est notre point de départ de notre reprise du vélo. Après plusieurs jours et semaines d’arrêt, nous remontons donc sur nos bicyclettes pour prendre la direction du Sur (Sud en Espagnol) via la route 12 en passant par la ville de Posadas, puis en rattrapant la frontière Uruguayenne avant de rejoindre la capitale de Buenos Aires. Nous avions 3 semaines devant nous pour parcourir les provinces de Posadas, de Corrientes avant d’attraper un ultime bus qui devait nous amener à Buenos Aires, capitale Argentine. Mais un évènement avec quelques dégâts matériels a stoppé notre avancée dès le deuxième jour, et, nous a obligé  à revoir nos prévisions…


Le lundi 10 novembre, nous quittons donc le fabuleux camping de Oscar à Puerto Iguazu, après avoir passé 5 jours immergés dans une nature riche en faune et flore, sans oublier les majestueuses chutes d’Iguazu toutes proches, découvertes en famille durant 2 jours. Les vélos sont remontés depuis maintenant quelques jours mais après seulement quelques mètres, je suis déjà obligé de stopper pour effectuer des réglages sur le vélo couché et la chaine qui ne suit pas son guide… On profite de cet arrêt pour s’hydrater car la chaleur est déjà bien présente à 10H00. Nous reprenons la route, elle est vallonée mais sans réelle difficulté : petites bosses et descentes s’enchaînent, nous suons à grosses gouttes pendant que les enfants bronzent et boivent beaucoup. Une forêt dense nous entoure et des restes de varans écrasés jonchent régulièrement la route, ce qui nous invite pas à bivouaquer dans ce milieu hostile… Nous roulons à l’écart de la route et de la circulation peu fréquente, sur une bande large et agréable. A 13h, nous arrivons dans le petit village d’Espéranza après plus de 50 kms et pique-niquons sous un arrêt d’autobus pour profiter de l’ombre sous une chaleur étouffante. Il nous reste plus que 5 kms pour rallier le camping du village de Wanda où nous installons paisiblement, nous sommes seuls. Pour pallier le manque de piscine récurant, les enfants jouent avec des bassines d’eau pour s’asperger copieusement jusqu’à la fin d’après midi. Ils s’éclatent, nous, on récupère !


Le lendemain, nous décidons de partir très tôt pour éviter la chaleur et permettre d’arriver tôt au camping suivant à El Dorado distant de 50 kms. Levés à 6H00, à 7h00 sur nos vélos, nous battons notre record de rapidité pour ranger le bivouac ! Nous ne roulons pas sous la chaleur, ni le soleil mais la grisaille. Le même profil de route nous attend avec néanmoins des bosses un peu plus difficiles et régulières. Malgré les nuages, il fait bien chaud et nous suons comme la veille. Vers 10h00, une pluie fine apparait, il nous reste seulement une quinzaine de kilomètres. Comme d’habitude,nous sommes sur le côté, à l'écart de la route, je pédale juste derrière Servane et Gaspard et leur tandem. Tout à coup le tandem est percuté par derrière une ou deux fois. Tout va très vite. Servane et Gaspard tombent sur le bas côté. Gaspard a le pied coincé sous son siège, pendant que Servane qui a chuté plus lourdement, allongé sur le dos, se plein du coude, de la mâchoire et du mollet. Je relève le vélo. Gaspard se plein légèrement du genou. Je relève la tête et m’aperçoit que le camion qui a percuté la remorque, s’en va s’en se soucier de l’accident. Nous sommes sous le choc. Avec mes signes, deux voitures s’arrêtent finalement et appellent les secours : la police et une ambulance. La police arrive et banalise la route. Le fait que nous soyons étrangers limite leurs questions, nous en sommes étonnés. J’explique rapidement le déroulement. Rien n’est mis en place pour rattraper le camion qui a quand même laissé, dû au choc, un optique de clignotant sur place. Nous sommes stupéfaits. L’ambulance n’arrive pas, la police transporte Gaspard et Servane finalement au centre de santé, pendant que je reste avec Anatole et les vélos. Un couple de Brésilien avec leur petite fille, fort sympathique m’accompagne pour transporter les vélos dans leur combi et dans les 4x4 des policiers bien passifs… Le tandem a le guidon cassé mais le cadre paraît intact, quant à la remorque qui a absorbé le choc, elle est toute désaxée et vrillée et les outils nous sont nécessaires pour la détacher… Quand nous nous apprêtons à partir du lieux de l’accident, un véhicule de gendarmes et une ambulance arrivent… A Espéranza, pas de matériel pour effectuer une radio du coude de Servane, pendant que Gaspard s’en sort heureusement qu’avec une égratignure au genou droit et un pansement placebo…


Nous filons donc à l’hôpital d’El Dorado (si si), mais passons avant par le commissariat de police pour récupérer le vélo couché et la remorque d’Anatole. Comme aucune mesure n’est prise pour retrouver le camion, nous réclamons un document officiel décrivant les conditions de l’accident. L’écriture de cette attestation à la machine à écrire, mettra quelques temps, alors que Servane, souffrante, et les enfants s’impatientent dans le 4X4. Il est 13H30, nous reprenons la route d’El Dorado et de l’hôpital caché au bout de la ville. La prise en charge est rapide et la radio ne fait apparaitre aucune fracture. Ouf ! Servane s’en sort avec un gros hématome et une attèle pour immobiliser son bras pendant 3 jours. Elle se plein aussi d’une douleur au mollet dû à un choc mais aucun diagnostic précis n'est prononcé... Ensuite, la police a quand même la gentillesse de nous déposer devant un hôtel du centre ville et nous souhaite un bon voyage.


Il est 15H00, nous nous posons sur les lits de la chambre d’hôtel et prenons notre repas. Les enfants vont bien, et ont été super dans la gestion de cet évènement pas simple à comprendre pour eux et difficile à gérer pour nous. Nous nous posons et relativisons quand à cet évènement qui aurait pu être bien plus grave. On reste quand même stupéfait de l’abandon de la recherche du camion fautif et de son chauffard, de la lenteur des secours et de l’incapacité des policiers à gérer ce genre de situation. (Les policiers prenaient en photo Anatole et écoutaient de la musique avec leur portable…) 


La soirée et le lendemain matin sont consacrés à nous organiser pour la suite du voyage en Amérique du Sud qui s’effectuera sans les vélos jusqu’à notre envol pour la Thailande prévu début décembre. Nous faisons appel à notre assurance pour connaitre les prises en charge…Nous décidons de faire envoyer les vélos directement à Buenos Aires par une société de transport pour nous libérer d’un certain encombrement dans les autocars. Nous gardons toutes les sacoches et la remorque détériorée pour rejoindre Posadas le lendemain puis Mercedes le surlendemain après une nuit dans un hôtel miteux trouvé après une virée épique dans le taxi de Sergio (camping fermée, panne d’essence.…). Nous nous rendons compte rapidement que voyager avec 8 sacoches, 3 sac à dos et une remorque sans vélos est très difficile notamment dans le portage des affaires entre les différents lieux… La galère. 

Afin de retrouver un peu de sérénité après cet évènement et surtout du bon temps et du bien-être en famille, nous prenons la direction du village de Colonia-Carlos-Pelligrini dans la réserve naturelle del Ibera à 3 heures de piste de Mercedes pour découvrir une faune surprenante et profiter du plein air sans vélo ni camion…


Écrire commentaire

Commentaires : 19
  • #1

    La fameuhly (jeudi, 20 novembre 2014 08:44)

    Hello, juste un petit mot pour vous dire que l'on pense bien à vous !
    C'est pas chouette de voir que l'on pourrait rester sur le bord de la route sans que personne ne bouge. Vous gérez ça très bien. On vous souhaite un bon et rapide rétablissement ! Bonne suite de voyage.

  • #2

    corinne (jeudi, 20 novembre 2014 09:50)

    s

  • #3

    deshayes corinne (jeudi, 20 novembre 2014 09:52)

    salut les amis,
    oups désolé pour le précédent message, m'a main a glissé !!

    bon bah pas cool cet incident !!! on espère que Servane va vite se remettre ....

    on vous embrasse

  • #4

    Lili (jeudi, 20 novembre 2014 10:00)

    Je vous suis depuis pas mal de temps a attendre a chaque fois de vos nouvelles , je suis touchée de ce qu'ils vous arrivent , helas de partout il y a des gens sans scrupule , et dire qu'on ce plains en france si les secours mettent un petit quart d'heure !!! Bon courage et j'espere que vous allez pas laché , l'asie vous attends !
    Bisous Lili

  • #5

    caracol avelo (jeudi, 20 novembre 2014 10:29)

    Bonjour à la cyclofamily
    Cela me mets en colère d'entendre souvent ces mêmes récits .Un accident c'est déjà grave mais ne pas s’arrêter ... grrrrr !
    Enfin bon rétablissement physique et psychologique , continuer votre magnifique périple et surtout nous le raconter et vive les boites noires pour les délinquant de la route .
    Richard

  • #6

    Paulo (jeudi, 20 novembre 2014 11:08)

    bon courage pour ces péripéties...
    attention également à la Thaïlande... surtout les grandes villes!

    on vous suit!!!
    boujou

    Paulo www.routard-du-temps.com

  • #7

    christiane (jeudi, 20 novembre 2014 12:58)

    plus de peur que de mal, heureusement
    la police est nulle ils auraient pu au moins essayer de rattraper le camion
    nous vous souhaitons une bonne continuation gros bises à tous les 4

  • #8

    famille ours blanc (jeudi, 20 novembre 2014 18:04)

    Coucou la cyclofamily.
    Que de frayeurs pour vous. Heureusement plus de peur que de mal. Courage Bon rétablissement pour Servane. On essaie de se faire un Skype bientôt.
    Gros bisous à vous 4

  • #9

    Patricia (jeudi, 20 novembre 2014 19:22)

    On a de la chance en France d'avoir plus de réactivité par rapport à la délinquance !
    Remettez-vous bien de ces émotions avant le départ pour l'Asie
    Bon rétablissement à Servane

  • #10

    perrine (jeudi, 20 novembre 2014 19:25)

    il est nul ce chauffard. heureusement tu n'as rien de grave. Vous avez l'air de bien gérer. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas. gros bisous et bon courage.

  • #11

    marie (jeudi, 20 novembre 2014 19:52)

    coucou la petite famille vous vous en sortez bien je vous souhaite du courage pour la suite et faites attention à vous .bisous a tous les quatres .

  • #12

    Zwoofff (jeudi, 20 novembre 2014 23:21)

    Waouuu quelle galère. Heureusement que vous vous en sortez sans "trop" de mal. Nous compatissons sur la conduite et l'irresponsabilité des conducteurs argentins. Celui-ci devait tenir le pompon. Quant à la police et son efficacité...
    Bon enfin comme disent les autres commentaires, vous avez l'air de prendre ça avec calme... faut le faire! Bravo!
    On vous souhaite bon voyage en Asie, et qui sait à Bangkok ... puisque nous n'aurons que 2 ou 3 jours de décalage...

  • #13

    Marylaure (jeudi, 20 novembre 2014 23:39)

    Whaouh! A chaque fois que je prends le temps de venir lire vos aventures...ils vous arrivent des petits tracas! Plus de peur que de mal et heureusement que des dégâts matériel! Malgré ça vous me faite voyager à travers vos récits, c'est cool! Il faudra qu'on se cale un Skype depuis le temps!
    Au fait, je sais si pas si je vous l'avais dit mais finalement ce sera Madagascar pour ma mission huma, donc il nous sera difficile de nous retrouver au Cambodge...
    En attendant qu'on se Skype, je vous embrasse tous les 4 et prenez soin de vous!
    Gros bec!

  • #14

    Séverine (vendredi, 21 novembre 2014 06:46)

    On pense fort à vous. Bon courage et profitez! Bises

  • #15

    Nath, Jm, Zoé et Yan (vendredi, 21 novembre 2014 07:16)

    Désolé d'apprendre une votre mésaventure, c'est incroyable de renverser quelqu'un et arriver à faire comme si de rien n'était ! Nous pensons à vous et nous vous souhaitons de continuer à profiter de votre voyage sereinement malgré la situation. bravo aux enfants.
    vous allez bientôt changer d'horizon, nous nous l'avons il y a quelques jours, nous vous envoyons donc plein de bonnes vibrations de Pondichéry en Inde où nous sommes maintenant. On adorerai vous croiser mais pour nous la Thaïlande se ne sera que dans quelques mois !!! alors, mais bon qui sait !!
    Bises à vous tous, prenez soin de vous

  • #16

    La Terre dans le guidon (vendredi, 21 novembre 2014 15:17)

    Vraiment pas cool les chauffeurs argentins, celui ci devait dormir au volant ... Delphine et Patrick le Zwoofff en ont réveillé un qui etait endormit sur le volant de son camion arrêté au bord de la route.
    Vous avez quand même de la chance, ça aurait pu être plus grave. On vous souhaite une bonne continuation après l'Amérique du sud qui, on en est certain, vous laissera plus de bons souvenirs que de mauvais.

  • #17

    Amine (samedi, 22 novembre 2014 04:27)

    Ouf!
    Nous sommes de tout coeur avec vous!
    Bravo aux enfants pour leur courage!
    Plein Plein de bonnes vibes!
    Et bon courage :-)

  • #18

    marie (vendredi, 28 novembre 2014 01:21)

    coucou la cyclofamily
    oulala... dur dur. mais comme toujours vous vous relevez .... plus forts!
    bisous à tous
    et l'Asie sera certainement plus velofriendly.

  • #19

    les Cyclomigrateurs (lundi, 08 décembre 2014)

    Ce qui vous est arrivé est ce qu'on redoute le plus quand on est sur des "routes à camions".
    Il n'y a hélas aucun moyen de se prémunir contre ça, on voit également ici en Inde des camions renversés au bord des routes, le chauffeur s'étant endormi.
    Mais on roule quand même, si on voulait éviter tout danger on resterait chez soi...
    Tout va finalement bien, profitez bien des découvertes que vous faites chaque jour, vous êtes super !

NOUS CONTACTER 

NEWSLETTER - INFOS

Saisir son adresse e-mail
pour recevoir la newsletter Par 4 chemins à vélo !
E-mail:
 

PARTAGER

Où SOMMES-NOUS ?

A DECOUVRIR

VISITEURS ET PAGES VUES

AU 19 MARS 2016

 

36 000  connexions, 

plus de 105 000 pages vues,