Buenos, buenos !

Nos amis les réceptionnistes : Juanito et Lucas (avec le chapeau)
Nos amis les réceptionnistes : Juanito et Lucas (avec le chapeau)

Tout juste rentrés de notre petit paradis de la réserve d’Ibéra, nous débarquons rapidement dans un hôtel réservé à Buenos Aires pour filer à l’hopital Allemana pour Servane et sa douleur au mollet. La qualité de l’accueil et l’osculation approfondie, puis l’échographie, nous rassureront sur son mollet et sur sa capacité prochaine à reprendre le vélo. Super nous continuons le voyage ! Ouf !


Après 2 nuits à Buenos Aires et après avoir découvert succinctement le centre ville, le palais du gouvernement et sa relève de garde, nous reprenons tout notre barda allégé de quelques sacoches pour aller passer quelques jours dans le delta du Parana à Tigré. Nous sommes samedi, et entamons un grand week-end pour les argentins puisque le mardi suivant est férié. Ils fêtent la monarchie, pourtant pas présente dans leur pays…


Nous découvrons que le camping que nous souhaitons rejoindre est horriblement cher, et nous nous rabattons sur un autre qu’il faut également rejoindre à l’aide d’une lancha. La ville de Tigré est organisée en deux parties : l’une sur la terre ferme, l’autre en une centaine de petites iles taillées dans le delta du Parana qui coule depuis le Brésil plus au nord. Après 20 minutes de bateau en bois, bondés de locaux avec leurs glacières remplies de grillades et leur tente, nous arrivons au camping choisi. Pour les argentins, la parilla (les grillades) équivaut à notre plateau de fromage français ! Nous arrivons dans un camping sympa, au bord de l’eau avec des jeux, une petite plage, des tables pour profiter des repas et des chenilles tombants par centaine des arbres ! On se dit qu’il s’agit simplement des chenilles printanières mais au fur et à mesure nous sommes envahis par ces petites bêtes, ce qui rendra ce séjour pas toujours agréable même si au final nous nous en accommoderons. Dans notre tête, nous pensions rester plus de 2 jours dans ce camping mais la propreté des sanitaires nous a fait fuir. Il aura d’ailleurs fallu attendre notre dernier camping d'Amérique pour trouver le plus grade ! Entre plusieurs piqures de chenilles heureusement inoffensives, nous profitons du soleil et les enfants, de la plage et des grands espaces ludiques à disposition.


Le lundi nous remballons sous la pluie pour retrouver un hostel sympathique dans le centre de Tigré. Nous retrouvons une famille de voyageurs à vélo, plus que sympathique, dans la ville ! Les Jujugazou sont partis depuis cet été d’Auxerre jusqu’au Maroc et s’apprêtent à remonter l’Argentine, le Pérou et la Bolivie, et plus ensuite. Un voyage de 2 ans à suivre ICI. Nous passons donc la journée avec Julie et Julien et leur 2 enfants. Gaspard et Anatole s’éclateront toute la journée avec Gabin et Zoé. Merci à vous pour cette superbe journée et bon voyage !

Après une visite brêve de la ville de Tigré, nous retournons dans notre hôtel Recolleta à Buenos Aires, retrouver nos 2 réceptionniste du tonner : Lucas et Juanito !  On revient en train et récupérons nos vélos par la même occasion. Ils sont dans l’état dans lequel nous les avions laissés après l’accident. Pas de surprise donc ! Nous laissons le tandem en réparation pour son guidon.


On s’installe donc pour nos 6 dernières nuits à Buenos Aires et en Amérique, dans cette auberge sympatique et bien située : Le Recoleta Hostel. Nous consacrons nos matinées à la découverte de la capitale et les AP à la sieste, à l’école et à la farniente une fois de plus. Dur dur de voyager ! On commence par le jardin botanique et le quartier chic de Palermo. Nous découvrons, le quartier populaire de la Boca, la rue colorée Camininto et le stade des Bocas Juniors et sa bombonne (Clien d’oeil à Papy le footbaleur) là ou Maradona a débuté avec la sélection Argentine en 1977. Un stade mythique où les argentins envahissent le quartier les soirs de matchs… mieux vaut une victoire… On découvre également le quartier San Telmo et son marché, ainsi que sa place et ses danseurs de tango…


Les après-midis les garçons sont heureux de retrouver les réceptionnistes dévoués et toujours partant pour lancer un jeu, une blague ou un défi. On regarde cela avec plaisir et on observe Gaspard échanger facilement en espagnol. Les 6 mois de présence en Amérique lui auront été plus que bénéfique dans l’apprentissage d’une nouvelle langue, celle de l’espagnol. Il faudra bientôt passé à l’anglais ! Anatole lui a perdu sa timidité de début de voyage.

Un autre matin, on découvre le quartier Madero, ancien quartier portuaire transformé en quartier chic avec un canal et d’ancienne grue de transport de marchandises. C’est un peu trop chic à mon gout. Avant, nous nous étions baladés dans la réserve écologique sortit de terre, suite à l’abandon d’une zone humide, il y a maintenant 30 ans. Aujourd’hui, il s’agit d’une zone protégée avec de nombreux oiseaux, des varans et autres mammifères qui font le bonheur des joggeurs, sportifs et autres amoureux de la nature, et de nous surtout dans cette vie très urbaine. Cette balade verte, nous permettra d’effectuer une parenthèse dans cette vie citadine. Il nous tarde de remonter sur nos bicyclettes et reprendre notre cheminement lent que nous apprécions tant à travers les grands espaces ! Nous retrouvons d’ailleurs le Pino réparé, avec un guidon bricolé astucieusement, prêt à repartir.

Notre dernière découverte, sous une bruine fine et après de gros orages la veille, est consacrée à la visite de la place Francia et du cimetière Récoleta qui ressemble les sépultures des hommes politiques et personnages connus (Dont Eva Peron, la grande militante argentine des années 70) dans de grands caveaux, avec parfois des cercueils visibles… Ce lieu pas forcément gai nous permet toutefois d’expliquer le chemin de la vie à Gaspard pendant que Anatole, lui, trouve les meilleures cachettes pour une partie de cache-cache si tentante… entre les bâtiments accueillants les défunts…


Le dimanche et le lundi nous commençons à préparer nos vélos et sacoches pour le transfert en Asie, de manière plus réfléchie qu’au trajet aller et surtout pour éviter un surplus de bagage bien onéreux. On coupe les journées à la manière des citadins, en allant passer quelques fin d’après midi dans le parc au jeux, Gaspard et Anatole apprécient forcément, nous un peu moins.


On termine nos dernières journées en discutant sur des sujets de fonds avec Lucas et Juanito, au comptoir de l’accueil. Ces 2 garçons sont vraiment top, toujours disponibles pour un service, un renseignement et surtout dévoués au bien être d’Anatole et Gaspard. La veille de notre départ, chacun leur tour, ils arriveront avec des surprises faisant le bonheur des enfants : un jouet crocodile et une casquette offert gracieusement par chaque réceptionniste ! On aura vécu la générosité des argentins jusqu’au dernier jour de notre voyage en Amérique du Sud ! Les garçons étaient vraiment heureux de ces gestes si chaleureux, si entiers ! 


Le mardi matin, à l’aube, c’est Lucas qui sera là pour nous accueillir au petit déjeuner avancé spécialement pour nous. Les aux-revoir sont chaleureux et sincères. On prend la direction de  la gare de bus à vélo en traversant la grande avenue du 9 juillet, puis de l’aéroport avec une navette, sans encombre, sans chamaillerie avec les chauffeurs, avec même un soupçon d’entraide. Quant à l’aéroport, on passe nos 4 gros paquets sans problème, sans pesés avec un service super et pas de surplus de bagage… 


On quitte donc le continent Américain tranquillement avec des souvenirs pleins la tête, de belles rencontres, des paysages variés et fabuleux, des découvertes nombreuses : Des andes et ses vestiges Incas, au salar de Uyuni, en passant par la vallée de Huamamarca, à la côte et aux fjords chiliens, sans oublier la Patagonie et ses glaciers, sa neige, ses belles montagnes, et pour terminer les chûtes d’Iguazu et la réserve d’Ibéra. Notre voyage, c’est aussi des dizaines de villages parcourus, traversés, parfois observés et visités. Notre nomadisme, nous a permis de découvrir des vies différentes, difficiles mais heureuses semble-t-il. Les accueils ont toujours été respectueux de l’étranger, de notre famille, de notre type de voyage avec parfois de grosses émotions liées à des rencontres fabuleuses… On est heureux d’avoir découvert ces pays, cette partie du continent américain à vélo, mais aussi en bus, en bateau, en 4x4, en train, à pied.


Et on est toujours aussi heureux de poursuivre notre périple vers l’Asie, vers l’Orient, sa culture si différente, pour apprécier de nouvelles surprises, qui nous espérons, mélangeront encore paysages, rencontres et gastronomie ! (C'est bien partie depuis notre arrivée à Bangkok... :-)


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Patricia (samedi, 06 décembre 2014 15:11)

    Merci pour ces derniers souvenirs d'Argentine.

  • #2

    Les Bisons (dimanche, 14 décembre 2014 13:39)

    Bonjour les 4 chemins !
    Vous voilà à l'autre bout du monde : changement d'heure, changement de langue, changement de culture, il va falloir s'acclimater ! Nous vous souhaitons plein de bonnes choses sur le continent asiatique. Faîtes-nous rêver, on va en avoir besoin, dans quelques jours, nous serons sous l'hiver grenoblois...

NOUS CONTACTER 

NEWSLETTER - INFOS

Saisir son adresse e-mail
pour recevoir la newsletter Par 4 chemins à vélo !
E-mail:
 

PARTAGER

Où SOMMES-NOUS ?

A DECOUVRIR

VISITEURS ET PAGES VUES

AU 19 MARS 2016

 

36 000  connexions, 

plus de 105 000 pages vues,