Good Morning Cambodia !

Thaïlande, Cambodge, Vélo, plage, frontière, voyage à vélo, visa, passeport,
Dernière plage thaïlandaise...

Après un avis mitigé sur l’Ile de Ko Samet, nous reprenons nos vélos et notre route vers le Nord-Est de la Thaïlande en direction du Cambodge. La traversée des campagnes via de petites routes est agréable, nous découvrons une vie rurale et agricole dès la sortie des villes. Des vies parfois dures dans des logements spartiates bordants les routes. Les enfants, eux, nous saluent avec un sourire, et souvent avec un air surpris dû à la forme atypique de nos vélos. L’étonnement ne se termine pas là mais quand il découvre la présence d’Anatole assis dans sa remorque, les éclats de rire se font encore plus forts ! 


Depuis, Ban Phe, le port situé en face de Ko Samet, nous pédalerons 5 jours pour rejoindre la frontière. Notre première journée devait s’effectuer rapidement pour rallier une petite plage hors des sentiers touristiques, celle de Kung Wiman. Mais, l’absence de signalétique et le nombre considérable de petites routes, a largement facilité notre égarement… Après plusieurs demi-tours, allers-retours et un pique-nique composé de pain confiture, nous arrivons enfin à la plage déserte, avec 109 kms au compteur et dépassons les 5000 kms depuis notre départ. Cette dure journée sera récompensée par un joli coucher de soleil. Nous stopperons 2 nuits pour permettre aux enfants de profiter de la plage. Ensuite pour rejoindre la ville de Chanthaburi où le père Noël passera (même en Thaïlande dixit les enfants), nous parcourons des routes peu agréables. C’est le cas, aussi pour rejoindre la ville de Pong Nam distant d’une soixantaine de kilomètres à travers des routes étroites et bruyantes dues à des travaux et quelques côtes étouffantes dans une chaleur hors norme !

Dans cette ville nous trouvons rapidement un homestay avec piscine pour la nuit qui procure tout le confort nécessaire pour une somme modique. Nous sommes le 25 décembre, une journée comme les autres en Thaïlande, pour nous aussi, quasi. Le soir, nous partons en vélos au marché pour effectuer notre ravitaillement. Ce lieu vivant, est un lieu agréable pour découvrir la réalité du pays et surtout aller à la rencontre des gens, des marchands pour parler, échanger malgré la barrière de la langue toujours présente. Dans ces villages, peu de personnes parlent l’anglais, seul les signes constituent nos outils de communication. Une fois de plus, notre présence attire les personnes, certains sont timides et restent détachés. D’autres viennent tenter un échange avec quelques mots british. Ils comprennent que nous voyageons à vélo au long court et à la vue de leurs visages en sont vraiment stupéfaits ou témoignent peut-être d’une certaine incompréhension… Nous ne serons jamais…

Notre dernière ville hôte en Thaïlande se découvre après une grosse journée de vélo. Après 80 kilomètres, nous faisons étape à Klong Hat après avoir longés de belles campagnes et des montagnes aux formes surprenantes. Malgré la distance et la chaleur, nous savourons cette partie plus vallonée, plus agréable à nos yeux. Ces paysages sont constitués en premier plan de cultures de riz, de bananiers, de palmes puis au second, d’une barrière rocheuse qui nous rappelle que le Cambodge n’est plus qu’à quelques coups de pédales. Nous stoppons notre avancé pour quelques photos. Les tracteurs et autres machines agricoles, ainsi que les personnes travaillants au champs nous confirment l’importance de l’activité de la terre. Ces thaïlandais, entièrement vêtus, travaillent sous une chaleur lourde et pesante, 10 heures par jour, et dans des conditions difficiles. Les enfants, eux, équipés de leur uniforme scolaire, sortent des écoles à vélo pour rentrer à leur domicile. D’autres enfants, non scolarisés, passent leur journée proche du domicile à jouer et bricoler avec tous types d’objets voire des déchets. Après notre installation dans un homestay, les enfants jouent dans la cour avec un petit garçon et profitent de tours en vélo des employés sur le porte bagage. Nous filons ensuite, sur le marché jouxtant notre hôtel où nous vivons de belles tranches de vies. Nous goûtons des aliments inconnues et même leur dégustation ne facilite pas leur nomination ! Nous photographions des scènes de vie, des enfants et effectuons nos courses quotidiennes.

Notre dernière journée Thaïlandaise se termine par une cinquantaine de kilomètres. Le passage de la frontière est un marathon sous des températures extrêmes. Notre thermomètre indiquant plus de 50 degrés au soleil ! Après une bonne heure d’attente au check point d’Aranyaprathet, nous sortons enfin de la Thaïlande avec quelques regrets notamment celui de n’avoir pas pu échanger avec les populations comme en Amérique du Sud. Dans l’autre sens, nous regretterons la cuisine Thaïlandaise, très appréciée par nous 4 et notamment son Pad Thaï ! 

L’entrée au Cambodge est longue. Elle débute d’abord par l’achat des visas (30 $ par personne ) suivi du passage de l’immigration. Nos 2 heures d’attentes (nous avons refusé de payer pour sauter la file d’attente) sont récompensées par l’obtention des tampons sur nos passeports. Nous sommes à Poïpet, dès la frontière franchie, nous sentons la différence. La pauvreté est omniprésente et nous saute à l’oeil. Rues sales, charrettes et autres remorques bancales et en piteuses états, ainsi qu’une certaine mendicité nous rappellent que le Cambodge est un pays où la vie est très dure, et un des plus pauvres du monde. Le prix de l’hôtel qui nous hébergera témoigne de cette économie brimbalante : un peu plus de 10 euros pour une grande chambre avec tout le confort (eau chaude, serviette, frigo, wifi, parking pour les vélos…)
Nous rejoignons en une matinée la ville suivante de Sisophon distant de 50 kms en compagnie d’un chinois cyclo, Lee. Peu d’intérêt sur la route, à gauche des rizières, à droite des rizières. Seuls les chargements atypiques sur les mobylettes et vélos mettent un peu d’intérêt dans cette matinée de vélo. Le lendemain, nous engageons une longue journée de vélo. La prochaine ville proposant des hôtels est distant de 110 kms. Nous ne sommes pas rassurés pour bivouaquer. Les rizières et  les environnements aquatiques parcourues quotidiennement nous inspirent guère… Les serpents s’échappants des bords de routes herbeux nous confirment bien la présence de reptiles. Rien qui invite à s’arrêter pour passer une nuit surement éveillée… En 7 heures de vélo, nous avalons donc 120 kilomètres finalement, pour arriver dans la ville hyper touristique de Siem Reap, la ville des Temples d’Angkor qui offre plus de 150 hôtels ! L’avenue centrale est gavée d’hôtel 4 étoiles pompeux et moches. Après plusieurs recherches, nous logerons plusieurs jours dans une guesthouse familiale (Green Day) qui veillera à nos vélos durant notre séjour de 5 jours. Nous découvrirons les temples d’Angkor à travers une journée de vélo. Pour découvrir les photos de ces jolis temples, il faudra encore patienter jusqu’au prochain article à paraître dans les jours à venir.

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Danielle/Jacques (mardi, 06 janvier 2015 12:14)

    Coucou à vous 4. Nous pensons bien à vous et vous souhaitons de découvrir le Cambodge sans souci.Déjà 5000 kms parcourus depuis le 1er mai dernier, c'est incroyable !! Que cette année 2015 soit pour vous pleines de bonnes choses à partager avec vos pts loups et surtout sans problème de santé.Samedi 10 nous serons à La Meignanne tous réunis pour la galette .... On vous verra peut-être ?
    Gros bisous à Gaspard Anatole et Vous 2. Danielle et Jacques

  • #2

    Christine de Normandie (samedi, 10 janvier 2015 23:06)

    Le temps a passé depuis mon dernier message et vous voilà sur un autre continent.Je vous souhaite à tous les 4 plein de beaux moments avec des différences culturelles, climatiques, linguistiques sans doute " dépaysantes". Bon courage pour cette nouvelle partie de votre voyage. Je vois que Gaspard en est plein: on le voit souvent travailler. Léna qui est venue avec sa famille à l'occasion des fêtes de Noël, me demadait si Gaspard avait vu son petit coucou du mois d'Août?
    Prenez bien soin de vous.
    A bientôt
    La maman de Fabien de Charquemont

  • #3

    octave (lundi, 12 janvier 2015 10:42)

    Coucou les aventuriers, on continue de voyager avec vous même si pour le moment c'est derrière l'écran d'ordinateur et non plus sur les routes, mais je ne désespère pas de vous croiser encore une fois entre le lac Baïkal et Moscou quand tout ira mieux ! À bientôt :) bises à tous les quatre

  • #4

    Jade.mezzadri (mardi, 13 janvier 2015)

    Bonjour Gaspard ,c'est bien de faire le tour du monde. j'aispére que tu vas bien.Il y a un nouveau dans la classe qui s'appelle Saad il a 2 ffrère un petit est un grand.t' est photos sont très jolies.je vais bientout déménagé à frambouhans .j'ai eu un chaton. Au revoir.jade

  • #5

    Cyclofamily (jeudi, 15 janvier 2015 02:55)

    @Christine de Normandie : merci pour votre message, l'Asie est vraiment différente de l'Amérique et de notre vieux continent. Oui Gaspard travaille quasi tous les jours pour maintenir les apprentissages. Nous avions bien lu le message de Lena de l'été dernier. Au plaisir. A bientôt,
    Guillaume et Servane

    @Octave : Nous espérons que tu te remets bien de cette mésaventures. Ouf on peut dire. En attendant de se croiser peut-être, bon rétablissement à toi . A bientôt

NOUS CONTACTER 

NEWSLETTER - INFOS

Saisir son adresse e-mail
pour recevoir la newsletter Par 4 chemins à vélo !
E-mail:
 

PARTAGER

Où SOMMES-NOUS ?

A DECOUVRIR

VISITEURS ET PAGES VUES

AU 19 MARS 2016

 

36 000  connexions, 

plus de 105 000 pages vues,