Faux départ à Istanbul !

Servane, Gaspard et Anatole à notre arrivée chez Mustapha,
Servane, Gaspard et Anatole à notre arrivée chez Mustapha,

Après une nuit dans la bergerie de Mustapha, nous reprenons la direction du nord sous un ciel menaçant et un air bien frais. La nuit a été agréable, seul Servane se plein légèrement du dos, ce qui n’empêche pas notre poursuite à vélo. Nous souhaitons éviter les grands axes, très roulants et peu agréables pour toute la famille. La circulation et le bruit constant ne nous permettent plus de parler sur nos vélos…


Nous pédalerons que quelques kilomètres sur une rocade avant de bifurquer sur une petite route surplombant un lac, le lac de Sazlidere Baraji. Nous entamons une descente très raide pour rejoindre un village plus loin et longer cette étendue d’eau calme et si agréable.


Après le passage d’une digue, nous quittons l’asphalte pour retrouver une piste qui nous accompagnera jusqu’au village de Salizbosna. Nous avançons en évitant nids de poule et grosses flaques d’eau. Mais plus nous nous enfonçons sur cette piste, plus l’état du chemin se dégrade. La boue fait sont apparition, nous obligeant à effectuer des arrêts pour « décrotter » nos vélos avec  les dérailleurs embourbés, qui ne peuvent plus fonctionner. Notre avancée est très lente. Le passage d’une immense marre de boue, sera le point d’orgue de la journée. Un manque de vitesse, puis du surplace de ma part et splash ! Je me retrouve les deux pieds dans plus de 30 centimètres de boue en équilibre avec mon vélo à deux doigts de goûter aussi à ce mélange terreux. Anatole, lui , installé confortablement dans la remorque, voie la boue remonter par le dessous… La galère ! Avec l’aide de Servane, j’arrive à sortir d’abord mes pieds, puis le vélo de ce piège peu agréable. Nous reprenons notre avancé dans des conditions difficiles. Les bosses, les trous, la boue, le vent, et l’eau accompagnent nos derniers coups de pédales jusqu’au village de Salizbosna. Enfin, après seulement 24 kilomètres réalisés, nous arrivons épuisés. Nous profitons d’une source d’eau clair et d’un ancien lavoir pour effectuer un grand lavage de nos machines recouvertes de terre. Le vélo couché finira même dans le bassin pour une baignade prolongée et un grand rinçage.


La journée s’achèvera au parc de jeu de ce petit village de 1600 âmes, pour notre premier bivouac depuis l’Argentine. Nous savourons ce retour à la nature, au calme. Les enfants sont heureux et profite du grand air et des espaces de jeux.. Fatigués, nous installons le bivouac puis je file sur la place du village pour un petit ravitaillement avant le diner et un coucher bien appréciés. Au réveil, nous reprenons nos habitudes avec un petit déjeuner face au soleil et un ciel bien bleu. Hussein, camionneur et tout surpris de nous voir installés ici, vient à notre rencontre et discuter chaleureusement avec nous. Il revient quelques minutes plus tard avec gâteaux et boissons pour tout la famille. La générosité turque se poursuit… Seule ombre au tableau, Servane se plein du dos, la douleur est forte et ne permet pas de remonter sur son vélo. Nous avançons donc jusqu’à la plage du village à pied pour tenter de trouver un médecin. Nous sommes dimanche et rien n’est moins sur…

 

Par chance, un groupe de marcheurs composé de quelques français expatriés sont installés à prendre le thé. L’entraide s’active rapidement et Fikri, un habitant du village et anglophone emmène Servane à l’hôpital le plus proche pour des examens. Claire, Mathilde et Jean Francois, habitent Istanbul et nous laissent leurs coordonnées au cas où… Au retour de la consultation sommaire dans un petit hôpital, et après une aventure pour trouver une pharmacie ouverte, Fikri, nous invite chez lui à déjeuner puis nous propose le gîte pour la nuit. Nous acceptons volontiers et profitons d’une belle journée dans un foyer turque bien chaleureux. Toute la famille est gâtée de bons plats. Fikri et sa femme accordent beaucoup d'attention aux enfants. Du bonheur. 


Après une bonne nuit, Servane n’est pas au mieux, et préfère attendre pour la reprise vélo. Afin de ne pas abuser de l’hospitalité de Friki, nous redescendons au bas du village pour planter de nouveau le tipi. Les enfants apprécient le lieu et profitent des jeux. Juste avant le déjeuner, nous retrouvons Hussein qui a terminé sa journée de travail, et qui nous convie chez lui pour le repas. Nous sommes accueillis par sa femme et une de ces filles à l’anglais balbutiant. Nous savourons un repas typique avec fromage frais, soupe à la tomate et au pois, sans oublier les loukoums au dessert, tout cela arrosé de thé ! Les échanges sont limités mais nous arrivons à communiquer avec l’imagier et leurs quelques mots d’anglais. Encore une nouvelle rencontre à Salizbosna, que du bonheur pour nous 4 !

 

Le mardi, le mal de dos de Servane est toujours d’actualité, nous décidons de revenir à Istanbul pour consulter dans un meilleur hôpital. Nous abusons de la gentillesse de Friki en laissant nos vélos dans son petit garage avant de rejoindre Istanbul, en transport en commun. Entre temps, nous avons repris contact avec Mathilde et Claire pour nous aider dans la recherche d’un hôpital sérieux. En arrivant sur Istanbul, Claire nous informe qu’elle peut nous accueillir chez elle pour plusieurs jours. Nous profitons d’un logement spacieux et chaleureux. Cerise sur le gâteau : Gaspard et Anatole sont heureux comme tout puisqu’il découvre que Claire et Jean François ont 2 enfants : Zélie (5ans) et Nil (7 ans). Ces 2 nénettes seront vites les compagnons de jeux pour plusieurs jours. Le courant a tout de suite pris, un quatuor du tonner en action !


De notre côté, nous profitons d’une superbe vue sur le Bosphore, d’une maison au confort auquel nous n’avons plus l’habitude et d’échange francophone bien agréable. Servane a consulté rapidement et un lumbago a été diagnostiqué. Repos, repos et repos seront donc le maitre mot de ces prochains jours. Nous espérons reprendre notre route lundi pour poursuivre notre avancé, et continuer nos si belles rencontres turques avant de rallier la Bulgarie. Il va falloir quand même penser à rentrer en France… 

 

En attendant, on continue de redécouvrir Istanbul et ces quartiers pour mon plus grand bonheur et celui de Gaspard qui m’accompagne pendant que Servane et Anatole effectue une cure de sieste et de repos bien nécessaires. Nous redécouvrons le quartier historique, et profitons d’un bon plan de Claire pour monter sur les toits de la ville pour redécouvrir la ville aux chats de ses hauteurs. Gaspard profite d’une après midi ludique avec Darin, le fils de Mathilde. Sans oublier, les petits plaisirs gustatifs et quelques kébabs. L’Institut Francais et sa médiathèque ont aussi été les bienvenues pour des temps de lecture d’albums jeunesse en français ! 

 

Aujourd’hui, on profite d’une dernier journée cocooning comme à la maison avant notre départ, ce lundi en direction de Salizbosna, pour retrouver Fikri, nos montures et reprendre notre route vers la Bulgarie, et entreprendre notre remontée des grands fleuves européens jusqu’à La France.


On termine cet article pour dire UN GRAND merci à Claire et Jean François, pour leur aide et accueil bien chaleureux dans leur appartement. Sans oublier Mathilde pour les contacts, les échanges et la journée de mercredi avec Gaspard. Merci beaucoup à vous tous les Français d'Istanbul !!!


Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Claire Faure (dimanche, 29 mars 2015 22:21)

    Eh bien, finalement, on s'est quasiment croisés à Istanbul... Nous y sommes arrivés il y a quelques heures, alors que vous en partiez ! J'espère que tout va mieux. Bonnes routes bulgares, nous vous suivrons dans une grosse semaine, avec arrêt prévu à Plovdiv...

  • #2

    famille l'ours blanc (mercredi, 01 avril 2015 14:40)

    Coucou la cyclo. On espère que tout va mieux pour Servane.
    Savez vous à peu près quand vous arriverez vers nous ? Il y a un weekend en juin ou on est prit c'est celui du 13-14. Après aucun soucis.
    Bonne route Bulgare. Bisous

  • #3

    Mathilde (jeudi, 13 août 2015 23:03)

    Je viens de voir que vous étiez bien arrivés à Angers et du coup j'ai lu aussi votre récit sur Istanbul, merci à vous pour cette belle rencontre ! Bises à vous 4. Mathilde

NOUS CONTACTER 

NEWSLETTER - INFOS

Saisir son adresse e-mail
pour recevoir la newsletter Par 4 chemins à vélo !
E-mail:
 

PARTAGER

Où SOMMES-NOUS ?

A DECOUVRIR

VISITEURS ET PAGES VUES

AU 19 MARS 2016

 

36 000  connexions, 

plus de 105 000 pages vues,